Dans les HCR, les 10 % d’augmentation salariale sortis de la carte

L’annonce avait fait quelque peu parler d’elle : il y a quelques semaines, afin de favoriser l’attractivité l’emploi dans les hôtels, cafés et restaurants (HCR), les organisations d’employeurs du secteur avaient fait part de leur volonté d’augmenter sensiblement les rémunérations des travailleurs, de l’ordre de 10 %.

En cette fin d’année, alors qu’il s’agit de concrétiser cette annonce, la hausse salariale promise parait s’éloigner quelque peu.

Quand le patronat des HCR joue sur la moyenne

Telle qu’elle a été présentée aux représentants des salariés du secteur lors de la dernière réunion paritaire de la branche, la proposition patronale d’évolution de la grille salariale conventionnelle aurait pu leur sembler séduisante, puisqu’elle dépasse les 10 % d’augmentation évoqués à la rentrée. “Les organisations professionnelles du secteur (GNC, GNI, SNRTC, UMIH) ont présenté une grille des salaires commune avec une moyenne d’augmentation de 10,5 %, soit au-delà de ce qui avait été annoncé début octobre”, s’est ainsi félicitée l’Umih, principale organisation patronale des HCR, dans un communiqué de presse.

En réalité, les représentants des salariés des HCR n’ont pu que constater que la proposition patronale repose sur une hausse de 10 % des minima salariaux non pas uniforme mais moyenne. “Concrètement, les 3 premiers échelons du premier niveau de la grille de salaire ne dépassent pas 4,77 % d’augmentation quand le premier niveau des cadres bénéficie de près de 20 % d’augmentation” explique la FGTA-FO, qui estime qu’il n’est dès lors pas possible de “communiquer” sur une hausse de 10 % : “Communiquer sur une moyenne de 10 % d’augmentation avec de tels écarts est un non-sens ; pire, cela fausse la négociation car la majorité des salariés du secteur se trouvent en bas de l’échelle de la grille, et ils ne verront pas la couleur de cette prétendue augmentation de 10 %”.

Des attentes salariales élevées

Dénonçant cette stratégie patronale, les négociateurs représentant les salariés des HCR ont avancé leurs propres revendications, effectivement fort différentes de la proposition patronale. Du côté de la FGTA-FO, on entend ainsi obtenir une augmentation de 10 % de l’ensemble de la grille ainsi, entre autres, qu’un 13ème mois conventionnel. “La FGTA-FO revendique une augmentation des salaires au-delà de 10 % […] ; un 13e mois pour tous ; un week-end par mois non travaillé ; la majoration du travail le dimanche ; l’encadrement et la compensation du travail en coupure ; l’ouverture d’une feuille de route sur 2 ou 3 ans pour traiter les autres problématiques du secteur” fait en l’occurrence savoir l’organisation.

Si cette contre-proposition n’a pas dû être accueillie avec le sourire par les représentants patronaux, encore faut-il préciser que les autres propositions formulées par les négociateurs salariaux n’ont pas dû leur convenir davantage. Interrogée par BFM TV, la CGT a en effet déclaré avoir “proposé 25% d’augmentation”, affirmant que “la CFDT a été encore plus gourmande”. On l’a bien compris, les déclarations patronales originelles – notamment destinées à attirer de la main d’œuvre – ont suscité de telles attentes du côté des salariés des HCR et de leurs représentants qu’il n’est désormais plus possible, pour les employeurs, de faire machine arrière. La suite des négociations promet d’être tendue.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Salaires : + 3,3 % dans l’industrie des œufs

Alors que la hausse de l’inflation fait beaucoup parler ces dernières semaines, les représentants patronaux et salariaux des industries et commerces des œufs viennent de se retrouver afin de discuter de l’enjeu des salaires. D'après la FGTA-FO, qui salue le résultat des négociations, elles ont permis d'obtenir une hausse moyenne de 3,36 % des grilles conventionnelles, avec application au 1er...

Nette hausse des salaires dans la boulangerie et pâtisserie industrielles

Alors que la hausse de l'inflation fait beaucoup parler ces dernières semaines, les représentants patronaux et salariaux de la boulangerie et pâtisserie industrielles viennent de se retrouver afin de discuter de l'enjeu des salaires. D'après la FGTA-FO, qui s'en félicite, des augmentations de 2,6 % à 2,92 % ont été négociées. "Cet accord applicable au 1er décembre 2021 prévoit une...
Lire plus

A la Sécurité sociale, grève en vue pour les salaires

Si le thème de la "Grande Sécu" fait beaucoup parler de lui ces derniers jours dans le débat public, au sein des organismes de Sécurité sociale (IDCC 218 et 2793), ce sont pourtant de tout autres enjeux qui retiennent actuellement l'attention des personnels : ceux des salaires et, plus généralement, des conditions sociales. ...

Dans les transports routiers, la négociation salariale 2022 démarre plutôt mal

Employant quelque 800 000 salariés et jouant un rôle central dans le bon fonctionnement de l'économie, les transports routiers et activités auxiliaires du transport comptent parmi les professions stratégiques de la nation. Il y a quelques jours, les représentants patronaux et salariaux du secteur se sont retrouvés afin d'engager leur négociation salariale pour l'année 2022. Pour les...