Rac0 : les lunettes de classe A peinent à se faire une place

L’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam) publie son premier baromètre dédié au Rac0 (ou 100% santé). L’étude reproduite en fin d’article propose une ribambelle de données intéressantes sur la mise en place de la réforme et sur ses conséquences. Parmi les 3 enseignements tirés par les complémentaires santé, un point se détache. Le reste à charge en optique a largement augmenté tandis qu’il a baissé en auditif et en dentaire. Faut-il en déduire que la réforme rate sa cible sur les lunettes ? Pas tout à fait.

L’intérêt officiel de la réforme du Rac0 était, avant tout, de réduire le non recours à l’achat de prothèses auditives, de lunettes, ou de prothèses dentaires. Son autre objectif était de réduire le reste à charge pour les assurés, notamment par la fixation de prix limites de vente (en optique) et d’honoraires limites de facturation (en dentaire). Si des avancées considérables sont vérifiées en dentaire et en auditif, l’optique suit une trajectoire bien différente pour une raison simple : le recours à des équipements de catégorie A reste faible.

Les assurés continuent d’acheter des lunettes exclues du Rac0

Les données compilées par l’Unocam auprès de ses adhérents dévoilent un désintérêt certain des assurés pour les lunettes qui pourraient être remboursées intégralement. Leur reste à charge a augmenté de 40 € entre le 1er semestre 2019 et le 1er semestre 2021 sur ce poste. Le baromètre explique cela par une hausse des prix des montures et des verres. Dans le même temps, la hausse du remboursement moyen par les Ocam (+11 €) est neutralisée par la baisse du remboursement moyen de la Sécurité sociale (-11 €).

Ainsi, seulement 7% des verres de lunettes et 5% des montures acquis au 1er semestre 2021 sont des équipements de classe A remboursés intégralement. Les assurés restent clairement attachés à l’acquisition de matériels pour lesquels leur reste à charge sera plus élevé. Le baromètre ne tente pas d’explorer les raisons de ce désintérêt pour le Rac0 en optique. On peut toutefois supposer que les assurés ne font pas confiance à la qualité des lunettes proposées dans le cadre de la réforme. On peut aussi imaginer que les acheteurs de lunettes préfèrent avoir des montures de marque, onéreuses mais plus jolies que des montures entrant dans le Rac0. La qualité de l’information délivrée par les opticiens aux clients sur les offres du 100% santé pourrait également être en cause (l’enquête menée par la DGCCRF et rappelée récemment par l’Igas l’a suffisamment montré).

Pour le moment, la réforme a donc du mal à percer du côté des lunettes s’agissant du reste à charge. Malheureusement, s’agissant du taux de renoncement aux soins, aucune donnée fournie par l’Unocam ne permet de savoir si les acheteurs de lunettes sont véritablement plus nombreux en 2021 qu’en 2019. Un long travail reste donc à mener pour que cette réforme du Rac0 soit un succès en optique.

Le Rac0 en dentaire et en auditif est un succès

Si le secteur optique étudié plus haut offre un bilan plutôt effacé de la réforme du Rac0, il en va autrement du dentaire et de l’auditif. En effet, le nombre de personnes ayant eu recours à des prothèses auditives au 1er semestre 2021 a augmenté de 51% par rapport au 1er semestre 2019. Le nombre de prothèses remboursées a, lui, augmenté de 67%. Leur reste à charge pour l’achat de prothèses auditives chute dans le même temps de 282 €. Ceci est notamment dû à la hausse des remboursements et à la baisse des dépenses moyennes. Les prothèses auditives entrant dans le Rac0 représentent 31% des prothèses acquises en 2021.

Côté prothèses dentaires, le constat est également positif avec une part de prothèses dentaires entrant dans le Rac0 qui atteint 51%. Les prothèses du panier maîtrisé représentent 20% et les prothèses du panier libre représentent 29% du total des prothèses dentaires remboursées par la Sécurité sociale acquises au 1er semestre 2021. Le reste à charge des assurés diminue ainsi de 75 €. La part moyenne des Ocam dans le remboursement des prothèses dentaires augmente, elle, d’un peu plus de 40%, passant de 387 € à 543 €.

Les Ocam sont logiquement des acteurs centraux de la réforme du Rac0. Leur engagement total sur les 3 postes représente une hausse de 29% entre 2019 et 2021 (de 3,26 M€ à 4,22 M€). La part des Ocam dans les sommes remboursées aux assurés sur ces 3 postes représente désormais 56% au lieu de 53%. L’optique tire toutefois ces statistiques vers le bas. La part du remboursement des Ocam n’y représente plus que 61% des dépenses totales, contre 64% en 2019. Retrouvez l’étude complète ci-après :

CP-Premiers-resultats-Barometre-100-Sante-UNOCAM

Ajouter aux articles favoris
5 Shares:
commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Avec l’arrivée d’Aurélien Rousseau à Matignon, faut-il craindre le retour de la Grande Sécu ?

La nomination, en milieu de semaine, d'Aurélien Rousseau comme directeur de cabinet de la nouvelle Premier ministre Elisabeth Borne, a suscité bien des commentaires dans la presse : son passé communiste ainsi que sa trajectoire professionnelle d'énarque, conseiller d'Etat et technocrate des affaires sociales y étaient notamment soulignés. ...
Lire plus

Grande Sécu : la DREES sert un argument politique à l’exécutif

La semaine dernière, la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé a publié une courte étude relative au rapport des Français à leur système de protection sociale - étude intitulée "un attachement accru des Français au modèle social fin 2020, durant la crise sanitaire". ...
Lire plus

Toutes les clefs pour bien distinguer les 5 accords santé de la CCN des transports routiers

La CCN des transports routiers (IDCC 16) s'est saisie du sujet des accords santé au début des années 2010. Les partenaires sociaux ont décidé d'agir autrement que la plupart des autres conventions collectives. En général, les CCN abordent la question de la complémentaire santé collective par le prisme d'un accord unique. Dans le cas des transports routiers, les représentants d'employeurs et de salariés ont choisi de signer un accord propre à...