Extension d’un accord dans l’industrie pharmaceutique

La ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion, a étendu, par arrêté du 2 avril 2021, publié le 13 juillet 2021, les dispositions de l’accord du 11 avril 2019 portant révision de la  convention collective nationale de l’industrie pharmaceutique du 6 avril 1956 (IDCC 176). 

Les dispositions de l’accord sont désormais applicables à tous les employeurs et tous les salariés compris dans le champ d’application de ladite convention collective nationale. 

Le 1° de l’article 3 est étendu sous réserve du respect des dispositions de l’article L. 2261-7 du code du travail.

Les 2° et 3° de l’article 5 tels que modifiés par l’article 1 de l’accord sont étendus sous réserve du respect des dispositions de l’article L. 2261-19 du code du travail et du respect du principe d’égalité tel qu’interprété par la Cour de cassation (Cass. soc. 29 mai 2001, Cegelec).

Au 4° de l’article 13 tel que modifié par l’article 1 de l’accord, les termes « « Cette commission n’a pas de vocation consultative et prépare les réunions du CSE sur les thématiques santé et sécurité, sauf accord collectif qui le prévoirait expressément. » sont exclus de l’extension comme étant contraires aux dispositions de l’article L. 2315-38 du code du travail.

Le 2° de l’article 24 tel que modifié par l’article 1 de l’accord, dès lors qu’il identifie le salaire minimum conventionnel et la prime d’ancienneté à des « salaires minimums hiérarchiques » entrant dans le champ d’application de l’article L. 2253-1 du code du travail, est exclu de l’extension car il ne peut avoir pour objet et légalement pour effet de faire obstacle à la conclusion d’accords d’entreprise sur le fondement des dispositions de l’article L. 2253-3 du code du travail et dans les domaines tels que définis par ces mêmes dispositions.
L’alinéa 4 du 1° de l’article 26 tel que modifié par l’article 1 de l’accord est étendu sous réserve du respect de l’article L. 3141-5 du code du travail.

L’alinéa 4 du 3° de l’article 26 tel que modifié par l’article 1 de l’accord est étendu sous réserve du respect de l’article L. 3141-14 du code du travail.

La note de bas de page insérée en fin de l’article 27 tel que modifié par l’article 1 de l’accord est étendue sous réserve du respect des dispositions de l’article L. 1132-1 du code du travail.
Le pénultième alinéa de l’article 38 tel que modifié par l’article 1 est étendu sous réserve de l’application des articles L. 1237-7L. 1234-9 et R. 1234-2 du code du travail.

Le dernier alinéa de l’article 38 tel que modifié par l’article 1 de l’accord est exclu de l’extension comme étant contraire aux dispositions des articles L. 1237-7L. 1234-9 et R. 1234-2 du code du travail.

Au 1° de l’article 41 tel que modifié par l’article 1 de l’accord, les termes « les salaires minima hiérarchiques tels que prévus à l’article 24 des clauses générales » sont exclus de l’extension car ils ne peuvent avoir pour objet et légalement pour effet de faire obstacle à la conclusion d’accords d’entreprise sur le fondement des dispositions de l’article L. 2253-3 du code du travail et dans les domaines tels que définis par ces mêmes dispositions.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer

Chez Scor, Denis Kessler peut aller au terme de son mandat de président

Par le moyen d'un communiqué de presse, le réassureur Scor a fait état de décisions prises à l'occasion de l'assemblée générale du groupe qui s'est tenue hier. On relève, en premier lieu, que l'assemblée générale de Scor s'est entendue sur un rehaussement à 72 ans de l'âge limite d'exercice de la fonction de président du groupe. Cette décision en apparence technique permet, de fait, à Denis Kessler de pouvoir prétendre aller jusqu'au terme de son mandat de président de Scor - terme fixé...