Dans la coiffure, échec de la négociation salariale

Il y a quelques semaines, nous avons fait état des tensions paritaires suscitées par la négociation salariale de branche de la coiffure.

En désaccord l’une avec l’autre, les deux organisations patronales de la profession n’avaient pas réussi à proposer une revalorisation des minima conventionnels qui soit supérieure à 0,5 %. Ceci avait fortement déplu aux négociateurs représentant les salariés, qui jugeaient ce niveau bien trop faible eu égard à la fois à l’absence d’accord salarial en 2019 et 2020 et aux difficultés de recrutement dans le secteur, et qui menaçaient par conséquent la représentation patronale d’une paralysie du dialogue social conventionnel en cas de non réouverture de la négociation salariale.

Hélas pour les négociateurs salariaux, il faut croire que cette menace n’a pas suffi à obtenir des deux organisations professionnelles du secteur, l’UNEC et le CNEC, qu’elles se présentent avec une proposition commune plus ambitieuse. D’après la FGTA-FO, lors de la réunion paritaire de négociation de mai, consacrée à l’enjeu des salaires, le patronat de la coiffure s’est contenté de promouvoir à nouveau une revalorisation à 0,5 % des grilles. Ceci, on ne peine guère à le concevoir, n’a pas convaincu le collège des salariés. Reste désormais à savoir si les syndicats vont mettre à exécution leur menace de paralysie du dialogue social de branche.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Un nouvel accord salarial dans la grande distribution

La FGTA-FO, la fédération FO notamment présente dans la grande distribution, se félicite de la signature d'un nouvel accord sur les minima salariaux dans cette branche. Cet accord continue d'intégrer la prime conventionnelle annuelle à la grille salariale. En outre, FO précise que l'accord intègre "un dispositif conventionnel COVID19 visant à neutraliser, sur la prime annuelle et les congés payés, l’impact des absences en lien avec la crise sanitaire". ...
Lire plus

Vaccination obligatoire Covid-19 : l’hospitalisation privée divisée

Alors que le débat public s'enflamme quant à la nécessité ou non d'imposer la vaccination obligatoire aux personnels soignants - voire à toute la population française - contre la Covid-19, il apparaît opportun de faire état des positionnements à ce sujet des représentants patronaux et salariaux des principales branches de l'hospitalisation privée : hospitalisation privée à but lucratif et ...
Lire plus

Crise covid : les 4 grands secteurs où l’emploi est le plus menacé

Malgré les aides de l'Etat, de nombreux secteurs ont subi (et continuent de subir) les effets de la crise covid. Plusieurs licenciements collectifs (pardon, plans de sauvegarde de l'emploi, PSE) ont déjà été lancés depuis le 1er confinement. La Dares publie une étude très intéressante qui met en avant les secteurs les plus touchés par ce...

Branche à domicile : tout est prêt pour la hausse des salaires au 1er octobre prochain

Au printemps dernier, les pouvoirs publics ont annoncé, de manière plutôt inattendue, que l'avenant 43 de révision des classifications de la branche à domicile - avenant impliquant une hausse sensible, de 15 % en moyenne, des salaires dans la branche - allait être agréé et allait donc pouvoir entrer en vigueur au 1er octobre prochain. D'après nos...