Favoriser l’assurance-dépendance par une réduction d’impôt : cette proposition portée par des députés LR

Près d’une trentaine de députés Les Républicains sont à l’origine d’une proposition de loi destinée à favoriser la souscription d’un contrat d’assurance-dépendance.

L’auteur de ce texte est Vincent Rolland. Son objet reflète directement le contenu du texte, il consiste à “Encourager la souscription d’un contrat d’assurance-dépendance par une réduction d’impôt“. La proposition consiste à compléter l’article 199 quindecies du code général des impôts relatif à la réduction d’impôt accordée au titre des dépenses afférentes à la dépendance. Rappelons que cet article propose déjà aux personnes accueillies dans un établissement pour les personnes en perte d’autonomie de bénéficier d’une réduction d’impôt de 25 % du montant des dépenses liées à cet accueil (cela porte uniquement sur la dépendance et l’hébergement). Le plafond annuel des dépenses ouvrant droit à cette réduction d’impôt est de 10 000 € par personne hébergée.

Avec la proposition de loi déposée par les députés LR, une telle réduction d’impôt serait également ouverte en cas de souscription d’un contrat d’assurance-dépendance. Cette réduction d’impôt serait alors financée par une taxe supplémentaire sur les tabacs.

Selon l’exposé des motifs, l’objectif est le suivant :

Le but de cette proposition de loi est alors d’inciter nos concitoyens à la prévoyance par le biais d’une réduction d’impôt visant les contrats d’assurance‑dépendance qu’ils auront décidé de souscrire. In fine, nous valoriserons l’anticipation des plus responsables et dans le même temps, espérons que cette disposition incitera de nombreuses personnes à se prémunir face à un risque de dépendance de plus en plus présent.

Si chacun prenait à sa charge les risques d’un état de dépendance lié à la vieillesse, donc prévisible dans une certaine mesure, il en résulterait un gain pour les familles avant tout, pour l’État ensuite, mais surtout, pour la personne dépendante qui paradoxalement, gagnerait en autonomie et en tranquillité d’esprit.

A ce stade, rien ne permet de savoir si cette proposition sera discutée en séance. Nous suivrons de près l’évolution du dossier.

Ajouter aux articles favoris
11 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Adultes handicapés : panorama d’un accompagnement en nette amélioration

La Drees (service statistique du ministère de la santé) publie une étude fort intéressante sur l'accompagnement des adultes handicapés au sein d'établissement et services médico-sociaux. Bien que les données présentées remontent à 2018, elles montrent que l'accueil et l'accompagnement des adultes en situation de handicap s'est largement amélioré au fil des années. L'étude (...

Un nouveau président pour la CNSA

En fin de semaine dernière, le conseil d'administration de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a élu Jean-René Lecerf à la présidence de l'institution. Il succède à Marie-Anne Montchamp. Ancien maire de Marcq-en-Baroeul, ancien président du Conseil départemental du Nord...
Sécurité sociale
Lire plus

Dépendance : la FFA et la FNMF misent sur la répartition (et l’Etat)

Alors que la prochaine élection présidentielle se profile, les assureurs avancent leurs propositions de réformes pour les grands chantiers actuels de la protection sociale : après la publication par la fédération française de l'assurance (FFA) d'un livre blanc relatif à l'avenir de l'assurance santé, la FFA et la fédération nationale de la mutualité française (FNMF) viennent de formaliser leurs préconisations pour l'évolution du financement de la dépendance. ...
Lire plus

PLFSS 2022 : une nouvelle taxe pour financer la dépendance est adoptée

Les débats qui entourent le PLFSS 2022 au Sénat ont donné lieu à un amendement important sur le sujet de la dépendance. Le texte est proposé par le groupe Socialiste, Ecologiste et Républicain et porté par Bernard Jomier (vice-président de la commission des affaires sociales). Son but : créer une taxe supplémentaire pour financer la 5e branche de la Sécurité sociale qui est déjà déficitaire. ...