Ces 2,5 M de français qui n’avaient pas d’assurance santé en 2019

Une récente étude de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) brosse le portrait intéressant des français qui ne sont pas couverts par une assurance santé. Même si l’étude dresse le constat sur l’année 2019, elle est intéressante car elle permet de mieux connaître les quelques 2,5 M de personnes qui ne s’assurent pas.

Dès l’introduction, l’Irdes indique que ce sont bien souvent les personnes les plus modestes qui ne disposent pas d’une assurance santé. Malgré la généralisation de la complémentaire santé collective au 1er janvier 2016 et les actions menées pour mieux diffuser la complémentaire santé solidaire (résultat de la fusion entre les anciennes CMU-c et ACS), une petite fraction de la population reste à l’écart de la couverture santé complémentaire. La part des individus non-couverts a toutefois largement diminué au fil des années. Elle est passée de 14% en 1996 à 3,6% en 2019.

Les français sans assurance santé font souvent partie des plus pauvres

Dans son étude, l’Irdes indique que les individus qui ne sont pas couverts par une assurance santé en 2019 sont majoritairement les moins aisés. En effet, le graphique reproduit ci-dessous précise que 10,6% des personnes de 15 ans et plus appartiennent au premier décile de niveau de vie (le moins aisé), cette part passe à 6% au deuxième décile et à 4,2% au troisième décile. Dans ces 3 fraction de la population la moins à l’aise financièrement, la part de non-bénéficiaires d’une complémentaire santé est donc significativement supérieure au taux observé dans la population globale.

Inversement, si l’on regarde les déciles 8, 9 et 10 qui correspondent aux niveaux de vie les plus aisés, on constate que les individus sont respectivement 2%, 1,4% et 2,2% à ne pas avoir d’assurance santé. Les autres déciles (4 à 7) s’inscrivent dans la même veine.

La situation familiale et socio-professionnelle influe directement sur la non-couverture

Il ressort de la publication de l’Irdes que la situation familiale des personnes a une influence notoire sur le bénéfice d’une complémentaire santé. C’est ainsi que 9% des familles monoparentales et 7% des ménages complexes (en colocation, en regroupement familial…) ne bénéficiaient pas d’une complémentaire santé en 2019 contre 5% pour les personnes vivant seules et moins de 3% pour les personnes en couple. Le constat est similaire s’agissant du lieu de vie. Ainsi 9% des personnes résidant en quartier prioritaire n’ont pas d’assurance santé.

La situation professionnelle est également très impactante selon l’étude. Il en ressort que 14,4% des chômeurs n’ont pas de contrat d’assurance santé (cela monte à 20,3% pour les chômeurs de 1 à 2 ans). Les travailleurs indépendants sont 5,5% à être concernés. Sur ce terrain, l’Irdes croise les données de situation d’emploi et de niveau de vie. Le graphique reproduit ci-après montre que parmi les personnes les moins aisées, ce sont avant tout les retraités les plus touchés par la non-couverture en complémentaire santé.

Enfin, la situation des étrangers résidant en France dépasse toutes les autres statistiques en matière de non-couverture. Ce sont pas moins de 13% de cette population qui n’est pas couverte en complémentaire santé.

Les hommes sont davantage concernés par la non-couverture en assurance santé

Le dernier point intéressant soulevé par l’étude vise la différence d’attitude entre les hommes et les femmes. En effet, les hommes sont globalement plus enclins que les femmes à ne pas s’assurer en santé. Ils sont 7,2% à ne pas être assurés s’ils vivent seuls (contre 3% chez les femmes), et 8,3% s’ils sont en famille monoparentale (contre 3,7% chez les femmes). La statistique tombe à 3% s’ils sont en couple (contre 2,5 ou 2,7% chez les femmes).

Si l’on croise l’âge avec le niveau de vie, 10% des hommes du 1er quintile de revenu (le plus faible) n’ont pas d’assurance santé alors que les femmes sont 6,9%. Dès le 2e quintile, le taux tombe à 3,5% pour les hommes et 3,2% pour les femmes avant de passer sous les 3% pour les quintiles suivants.

Ce sont donc globalement des personnes précaires et sans emploi ainsi que retraitées qui sont les plus concernées par la non-couverture en assurance santé.

Ajouter aux articles favoris
9 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Rac0 : ce danger qui guette les assureurs santé en vue du PLFSS 2023

L'orage de la crise sanitaire (et sa taxe covid à 1,5 Md€) s'est à peine dissipé que les conséquences de la réforme du reste à charge zéro (Rac0 ou 100% santé) rattrapent les organismes complémentaires d'assurance maladie (Ocam). Les professionnels de l'assurance santé avec lesquels nous avons pu échanger sont unanimes : les tarifs des contrats santé devront nécessairement être revalorisés à la fin de l'année pour faire face à la hausse des remboursements liés à la réforme. Les relations des Ocam avec le gouvernement et le...
Lire plus

Dans la CCN 51, une mutualisation frais de santé en petite forme

Les salariés couverts par l'importante CCN des établissements privés d'hospitalisation, de soins, de cure et de garde à but non lucratif, dite CCN 51, peuvent bénéficier d'un régime conventionnel de frais de santé assorti d'un référencement du groupe Vyv, du groupement Malakoff Humanis, Apreva Mutuelle et Macif Mutualité, et enfin de la MNH. ...

La MSA Lorraine lance un appel d’offres de frais de santé

La Mutualité Sociale Agricole (MSA) de Lorraine a lancé un appel d’offres concernant la couverture de complémentaire santé de l’ensemble de ses collaborateurs. Les informations sont à retirer à l’adresse suivante : https://www.achatpublic.com/sdm/ent/dce/telechargeAnonymeDCEEnt.do?selected=3&PCSLID=CSL_2022_myV43IOyXi et les candidatures devront être formulées avant le 1er août 2022. ...
Lire plus

Ces garanties santé à la rédaction brumeuse dans la CCN de la métallurgie

Les entreprises qui relèvent de la nouvelle CCN de la métallurgie (son IDCC n'étant pas encore fixé, ce sont encore les anciens identifiants qui s'appliquent, comme l'IDCC 650 et 54) représentent un marché incontournable pour les organismes de complémentaire santé. A ce titre, ces derniers décortiquent les grilles de garanties santé prévues...

Utile : le dernier avenant HDS santé des missions locales et PAIO

En décembre dernier, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN des missions locales et PAIO se sont entendus sur un avenant révisant le fonctionnement du règlement du haut degré de solidarité (HDS) de leur régime conventionnel de frais de santé. Avant sa parution au BOCC, Tripalio propose à ses lecteurs de prendre connaissance de ce texte dont l'entrée en vigueur a été fixée au 1er septembre 2021. Il redéfinit notamment les règles...