Santé mentale : les consultations ont bondi avec la crise sanitaire

Une étude de la Drees confirme l’augmentation des syndromes liés à la santé mentale depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020. Le service statistique du ministère du travail dévoile les résultats de sa dernière enquête réalisée auprès de 3 300 médecins généralistes ayant au moins 200 patients dont ils sont médecin traitant. Le constat est sans appel : les professionnels signalent une hausse globale des consultations liées à la santé mentale.

Le problème de la prise en charge de la santé mentale et de la recrudescence des besoins de la population est l’un des sujets importants liés à la crise sanitaire. Alors que le remboursement des séances prescrites chez un psychologue est prévu par le PLFSS 2022, la Drees ne fait que confirmer le besoin exprimé par la population.

En effet, d’après les réponses délivrées par les médecins généralistes, 7 sur 10 disent avoir vu une augmentation des consultations liées à la santé mentale depuis avril 2020. Selon la Drees, 20% des médecins répondants estiment que ce type de consultation a augmenté de plus de 50% sur la période avril-juillet 2021. L’étude conforte les résultats proposés ici par un rapprochement avec les données de consommation de médicaments antidépresseurs, anxiolytiques et hypnotiques. Le nombre de patients prenant ce type de médicament pour la première fois depuis un an a augmenté de 15 à 26% par rapport à ce qui était attendu.

La Drees fait également un rapprochement entre intensité épidémique “covid-19” et hausse des consultations liées à la santé mentale. Les médecins exerçant dans les départements dans lesquels l’intensité épidémique est modérée ou forte sont ainsi plus nombreux (75%) que les autres médecins (66%) à constater une hausse des demandes de soins de santé mentale.

Ajouter aux articles favoris
1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Discrimination syndicale : les nouvelles précisions du juge

Cette publication provient du site du syndicat de salariés FO. Le principe de non-discrimination, vis-à-vis des organisations syndicales, renvoie à l’interdiction qui est faite à l’employeur d’user de moyens quelconques de pression en faveur, ou à l’encontre d’une organisation syndicale (art L 2141-7 du code du travail). L’idée est, qu’au même...