Transports routiers : les syndicats menacent d’aller au “clash” sur les salaires

Ainsi que nous l’évoquions il y a quelques semaines, les représentants patronaux et salariaux de l’importante branche des transports routiers discutent actuellement des grilles salariales conventionnelles.

Après une première séance de négociation infructueuse – les négociateurs salariaux ayant revendiqué des hausses de 10 % ainsi qu’un treizième mois conventionnel et les négociateurs patronaux ayant proposé 3,5 à 4,5 % d’augmentation des minima salariaux – ils se sont retrouvés hier pour une deuxième séance. Elle non plus ne leur a pas permis de tomber d’accord sur l’évolution des grilles de salaire.

D’un côté, les représentants des employeurs ont proposé des hausses allant de 4,2 % – dans le cas de la FNTR et de TLF, organisations représentatives à 41,6 % et 32,5 % – à 5 % – dans le cas de l’OTRE, représentative à 11,9 %. Ces propositions patronales étaient donc supérieures à celles formulées au milieu du mois de novembre.

Elles ne paraissent pourtant pas avoir convaincu les négociateurs représentant les salariés de la profession. Par le moyen d’un communiqué de presse, la CFDT et la CFTC – qui ne font pas figure, dans les transports routiers, d’organisations radicales – ont en effet qualifié ces propositions de “timides et insuffisantes”. Surtout, les deux organisations ont promis d’aller au “clash” si les organisations patronales ne présentent pas des propositions bien plus ambitieuses à l’occasion de la dernière séance de négociation, prévue pour avoir lieu le 5 janvier.

Cité par nos confrères de TransportInfo, Jean-Marc Rivera, délégué général de l’OTRE, commente ainsi les divergences d’approches patronales et salariales : “Ils ont tendance à comparer leur situation avec les NAO d’autres branches, notamment celles des femmes de ménage. Ils oublient que dans nos métiers, nous garantissons aux conducteurs un nombre d’heures minimum qui leur permettent d’obtenir des salaires bien au-dessus du smic, même si cette rémunération se fait par le temps de travail”. Il n’est pas certain qu’une telle analyse, sur le fond et sur la forme, contribuera à rapprocher les positions des uns et des autres…

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Dans la coiffure, la négociation salariale conduit à la paralysie paritaire

Dans la coiffure comme dans bien d'autres branches d'activité, l'heure est actuellement aux négociations salariales. L'enjeu est d'autant plus important que l'inflation atteint cette année un niveau nettement plus élevé qu'à l'accoutumée. La coiffure ne compte pas parmi les professions qui se distinguent par une grille salariale conventionnelle généreuse. Comme les organisations salariales de...

Dans les services à la personne, une négociation salariale laborieuse

Depuis la fin de l'année dernière, les gestionnaires patronaux et salariaux de la convention collective des entreprises de services à la personne - l'une des CCN qui couvrent les salariés de ce vaste secteur d'activité - sont engagés dans une négociation de revalorisation des minima salariaux conventionnels. Dans l'ensemble, cette négociation apparaît pour le moins laborieuse. Trois...
Lire plus

Agrément et extension d’accords collectifs : cette différence fondamentale à maîtriser

Nos lecteurs assidus le savent, nous publions systématiquement l'intégralité des arrêtés dédiés aux accords collectifs signés dans les CCN. La grande majorité de ces arrêtés sont des arrêtés d'extension qui sont généralement diffusés quelques semaines après un premier avis préalable. Mais d'autres types d'arrêtés sortent parfois. Il s'agit des arrêtés d'agrément. Ceux-ci sont spécifiques à un secteur professionnel et revêtent une importance toute particulière. ...

Salaires : dans les produits alimentaires élaborés, une négociation anormalement difficile

Alors que l’inflation atteint cette année un niveau qu'elle n'avait pas atteint depuis de nombreuses années, les représentants patronaux et salariaux de la branche des produits alimentaires élaborés se sont retrouvés pour leur négociation salariale annuelle. Du côté des négociateurs représentant les salariés, personne ne faisait mystère de sa volonté d'aboutir à un résultat ambitieux....