Scor et Covéa enterrent la hache de guerre sur demande de l’ACPR

[Article mise à jour le 11/06/2021 à 14h01]

Quelques semaines après la déconvenue infligée par l’Autorité des marchés financiers (AMF) à Covéa, un accord (reproduit en fin d’article) a été trouvé avec Scor pour calmer les hostilités.

Le vice-président de l’ACPR, Jean-Paul Faugère, est intervenu pour encourager les deux acteurs de l’assurance à renouer un dialogue après des années difficiles. Les deux géants de l’assurance et de la réassurance enterrent la hache de guerre et font, chacun, des concessions. Ce protocole transactionnel a été validé par les conseils d’administration de Covéa et de Scor.

Parmi les concessions faites, notons que Covéa verse à Scor la somme de 20 M€ HT que l’organisme avait été condamné à payer par le tribunal de commerce de Paris. Dans le même temps, toutes les actions judiciaires intentées par l’un ou l’autre des acteurs doivent être retirées sans délai : dans ce cadre ils reprennent des relations de réassurance. Les parties s’engagent aussi à ne pas se dénigrer pour 7 ans.

Covéa s’engage également à sortir du capital de Scor selon des règles définies communément. Enfin, le développement de leurs activités est prévu par le protocole transactionnel. D’un côté, Scor doit pouvoir redéployer son capital vers la (ré)assurance P&C. De l’autre, Covéa doit pouvoir accélérer son développement en réassurance vie notamment grâce à la rétrocession de portefeuilles de réassurance par Scor.

10062021_Scor_Covea

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

AG2R – Intériale : premier coup de frein

Il y a quelques semaines, à la fin du mois d'avril, Intériale annonçait engager des discussions en vue d'un rapprochement avec l'AG2R La Mondiale. D'après l'Argus de l'assurance, les échanges entre les deux entités viennent de connaître un coup de frein. Plus précisément, les représentants des mutuelles de...

Pertes d’exploitation : la main tendue d’Axa ne convainc pas les restaurateurs

Comme on pouvait s'y attendre, les 300 M€ mis sur la table par Axa pour les restaurateurs réclamant l'indemnisation de leurs pertes d'exploitation a du mal à passer. Ramenée aux 15 000 bénéficiaires concernés, la somme ne représenterait plus que 20 000 € par affaire. Un geste qui est loin (très loin) de satisfaire les professionnels déjà engagés sur le terrain judiciaire. ...

L’assurance revoit sa grille des salaires

Par le moyen d'un communiqué de presse, la fédération française de l'assurance (FFA) a fait savoir, hier, que la branche de l'assurance s'était entendue le 3 juin dernier sur un accord de révision de sa grille des salaires. La FFA d'une part et la CFDT, la CFE-CGC et l'UNSA d'autre part, se sont accordées sur des revalorisations différenciées selon les échelons de la grille....
Axa
Lire plus

Pertes d’exploitation : le pari à 300 millions d’Axa

Invité ce jeudi matin sur Europe 1, Thomas Buberl, le directeur général d'Axa, a affirmé qu'afin de mettre fin aux différends économiques, juridiques et moraux qui, sur la question de l'indemnisation des pertes d'exploitation, opposent son groupe à quelque 15 000 de ses clients restaurateurs, il allait mettre "300 millions [d'euros] sur la table". ...