Les enjeux cachés du tiers payant généralisé

La mise en place du tiers payant généralisé est au coeur des polémiques qui entourent la loi santé de Marisol Touraine, et qui affaiblissent considérablement la ministre. Il faut reconnaître que, sur ce dossier technique, l’ingénuité avec laquelle elle a prévu un dispositif théorique sans vision pratique de sa réalisation n’a guère plaidé en sa faveur. Au-delà de ses circonstances, il est cependant intéressant d’éclaircir quelques aspects des stratégies d’acteur dans ce dossier. 

Une mesure populaire pour redorer le blason de l’exécutif

L’enjeu premier de la mesure consiste bien entendu à proposer aux assurés une médecine gratuite. L’invention des contrats responsables dans les années 2000 s’est fondée sur la nocivité de cette gratuité pour les finances publiques, et singulièrement pour celles de la sécurité sociale. Mais, pour un exécutif en proie à un rejet de l’opinion, la mise en place du tiers payant est un geste fort en direction d’un électorat populaire qui l’a abandonné de longue date. 

Un effet ricochet sur les dépassements d’honoraires

A plus long terme, la généralisation du tiers payant complique singulièrement le dépassement d’honoraires. Les médecins qui le pratiquent seront en effet les seuls, à terme, à facturer leurs visites. Cette solitude risque de peser fortement dans un monde où la fiction de la gratuité aura triomphé. De ce point de vue, et à long terme, la mesure n’est pas dénuée de vertu pour les finances publiques.  

Une façon astucieuse de privatiser les données de santé

On aura noté le soutien apporté par les assureurs santé (toutes “chapelles” confondues) au projet ténébreux de Marisol Touraine. Pour les assureurs complémentaires, le tiers payant constitue en effet une opportunité: c’est l’occasion de collecter des données de santé par le biais des remboursements de soins. En réalité, Marisol Touraine donne aux assureurs la possibilité de constituer un big data santé avec la bénédiction des pouvoirs publics.  

Alors que la loi santé continue de verrouiller les données de l’assurance maladie, l’appoint apporté par les assureurs pour la tirer de ce mauvais pas devrait permettre, en santé, une mutualisation des données du même type que pour l’assurance automobile. Cette brèche constitue une véritable aubaine pour consolider un marché au développement duquel l’Etat s’oppose. 

Le renforcement des fédérations agrégatrices de flux

En proposant la création d’une plateforme dédiée au tiers payant, la FFSA, le CTIP et la FNMF développent une stratégie d’agrégation de flux qui devrait asseoir durablement leur puissance sur le marché. En devenant incontournables dans la collecte de données, ces chambres professionnelles placeront leurs homologues “satellites” dans une position de dépendance qui minorera forcément leur rôle.  

Pour les fédérations d’intermédiaires d’assurance, mais aussi pour les mouvements mutualistes alternatifs, cette évolution constitue donc un véritable danger. 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Dans la sécurité aéroportuaire, la prime de sûreté est-elle due aux salariés en arrêt de travail ?

Par un jugement rendu à la fin du mois d'octobre 2022, la Cour de cassation tranche un litige survenu entre un salarié et son employeur relevant de la CCN de la prévention et sécurité (IDCC 1351). Le conflit concerne le versement, ou non, de la prime annuelle de sûreté aéroportuaire au salarié alors qu'il est en arrêt de travail. Deux conceptions s'affrontent ici et la réponse donnée par le juge est importante à connaître. ...
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...
Lire plus

Forfait jours dans la métallurgie : le salaire peut bien être amputé en fonction des absences du salarié

Les salariés cadres au forfait jours bénéficient généralement d'un salaire minimum basé sur un nombre de 218 jours travaillés dans l'année. Mais que se passe-t-il si le salarié n'a pas travaillé le nombre de jours prévus par son contrat de travail ? Doit-il recevoir le salaire minimum prévu par la convention collective ? L'employeur peut-il réduire son salaire proportionnellement au nombre de jours pendant lesquels il n'a pas travaillé ? C'est à cette question que vient de répondre la Cour de cassation dans le cadre de la convention...