Les 4 secteurs où les conditions de travail justifient les difficultés à recruter

La Dares (service statistique du ministère du travail) vient de publier une étude intéressante sur les causes des difficultés de recrutement des entreprises privées. Le document met notamment l’accent sur l’une des causes mises en exergue : les conditions de travail. Bien que les données présentées aient été recueillies en 2019, elles donnent une bonne idée des difficultés de recrutement qui explosent aujourd’hui dans certains secteurs.

Plusieurs causes sont identifiées pour expliquer les difficultés de recrutement : la pénurie de main-d’œuvre, le salaire peu attractif ou encore les conditions de travail. Dans certains secteurs c’est surtout la pénurie de main d’œuvre qui est considérée comme la première source de difficultés. C’est le cas dans la métallurgie (IDCC 650 notamment), dans l’énergie (IDCC 5001), dans la construction (IDCC 1596 et 1597 notamment). La question des conditions de travail occupe une place très importante dans 4 grands secteurs bien identifiés.

Les conditions de travail impactent très fortement le recrutement

En observant les statistiques proposées par la Dares, on se rend compte que même si les conditions de travail ne représentent que l’un des facteurs qui expliquent les difficultés à recruter, leur impact semble très fort. On identifie 4 secteurs qui estiment que leurs conditions de travail jouent un rôle prépondérant dans leurs difficultés : les HCR à 24,08% (IDCC 1979), les transports à 18,42% (notamment IDCC 16), le médico-social à 18,26% (notamment IDCC 413 et 29) et l’industrie agro-alimentaire à 16,67% (notamment IDCC 7024 et 7025).

L’étude de la Dares note que les chances de rencontrer des difficultés de recrutement sont multipliées par 4 si les salariés ont des horaires imprévisibles. Si l’établissement est ouvert les dimanches, ces chances sont doublées. Dès que les conditions de travail sont identifiées comme l’une des principales causes des difficultés à recruter, les entreprises peinent à fidéliser leur personnel qui a tendance à quitter l’entreprise plus facilement.

Outre les conditions de travail, l’étude indique que la question des salaires trop faibles est aussi une explication essentielle aux difficultés de recrutement. Les secteurs qui en pâtissent le plus sont, par exemple, le médico-social (notamment IDCC 413 et 29) et la métallurgie (IDCC 650 notamment).

Retrouvez l’étude complète ci-après :

Dares-Analyses_Difficultes-de-recrutement-liees-aux-conditions-de-travail

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

La publication Tripalio prend ses quartiers d’été

L'ensemble de la rédaction de Tripalio vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous le lundi 22 août 2022 pour le retour de nos publications. Pour vous aider à patienter et à anticiper votre rentrée, profitez de notre dossier annuel 2022 “Santé,...
Lire plus

La négociation collective d’entreprise plombée par la crise sanitaire en 2020

L'année 2020, et sa crise sanitaire, est encore scrutée à la loupe par les services statistiques de l'Etat. La Dares vient ainsi de diffuser une courte étude dévoilant les résultats de son enquête sur la négociation collective d'entreprise. Sans grande surprise, les négociations ont fortement pâti du contexte de crise. Cela se ressent tant au niveau du nombre d'entreprises et de salariés concernés par les négociations collectives que par les thèmes abordés à ces occasions. ...

Démission surprise d’un vice-président du MEDEF après des accusations de harcèlement sexuel

Jean-Luc Monteil, fondateur de monmeilleurbanquier.com et dirigeant de la compagnie financière Colbert, vient de démissionner discrètement de ses fonctions de vice-président du MEDEF. Cette péripétie a été annoncée lors de la dernière convention de l'organisation patronale. Manifestement, cette décision fait suite à des accusations portées par une salariée de l'avenue Bosquet quant à des comportements de harcèlement sexuel et de discrimination hommes-femmes. ...

Intéressement, participation, épargne salariale : 52,8% des salariés du privés en bénéficiaient en 2020

La Dares (service statistique du ministère du travail) vient de publier une note intéressante sur l'intéressement, la participation et l'épargne salariale. L'année 2020, bouleversée par la crise sanitaire, n'empêche pas les dispositifs de se développer. L'étude met en lumière plusieurs aspects qui méritent qu'on s'y intéresse. Le nombre de salariés employés en TPE et visés par l'un des 3 dispositifs augmente de 3,6 points en un an pour atteindre 17,3%. Ainsi, 587 000 salariés employés par...