Le risque psycho-social des travailleurs a plus que doublé avec la crise sanitaire

D’après la nouvelle étude de la Dares l’état de santé mentale des travailleurs français s’est beaucoup dégradé ces derniers mois. La crise liée au coronavirus fait bondir le nombre de travailleurs sujets à un risque élevé de dépression.

Selon les résultats exposés, 30% des travailleurs interrogés déclarent que leur santé s’est altérée et 23% des travailleurs présentent un risque élevé de dépression. C’est 13% de plus qu’en 2019 où ils n’étaient que 10% à présenter un tel risque.

L’étude tente d’expliquer cette dégradation générale de l’état de santé des travailleurs par plusieurs facteurs. Outre les effets de l’épidémie (stress, insécurité sanitaire), la Dares met en avant la mise en oeuvre, à marche forcée, de nouvelles conditions de travail. Les travailleurs qui ont ressenti une intensification (32% des interrogés) ou une dégradation (11% des interrogés) de leurs conditions de travail sont ceux qui déclarent le plus une santé altérée (respectivement 36% et 50%). Ce sont aussi les travailleurs les plus exposés au risque dépressif (respectivement 28% et 53%).

Pour accompagner cette évaluation de l’état de santé des travailleurs, des questions sur la qualité de leur sommeil leur ont été posées. Les travailleurs qui ont ressenti une intensification ou une dégradation de leurs conditions de travail sont directement exposés à des troubles sommeil plus importants.

L’étude de la Dares rappelle que les conditions de travail ne font pas tout. Le contexte sanitaire impacte, lui aussi, l’état de santé psychologique des travailleurs. Un lien est toutefois affirmé par le document entre les individus qui subissent leurs nouvelles conditions de travail et l’augmentation du risque psycho-social. Les prochaines études ne devraient pas manquer d’aborder à nouveau ce sujet pour obtenir des statistiques sur des durées plus longues.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Le dossier médical partagé laisse sa place à l’espace santé

Comme un aveu d'échec, aucun nouveau dossier médical partagé (DMP) ne pourra être créé dès le 1er juillet 2021. Le but de 40 millions de dossiers ouverts à l'horizon 2023 est donc abandonné, plafonnant aux alentours de 9 millions depuis la fin 2019. Mais les DMP déjà créés ne disparaissent pas pour autant, ils sont intégrés au nouvel Espace Santé lancé par l'Agence du numérique en santé. L'Espace Santé sera lancé au début de l'année 2022 et fonctionne sur une logique d'ouverture...

AG2R – Intériale : premier coup de frein

Il y a quelques semaines, à la fin du mois d'avril, Intériale annonçait engager des discussions en vue d'un rapprochement avec l'AG2R La Mondiale. D'après l'Argus de l'assurance, les échanges entre les deux entités viennent de connaître un coup de frein. Plus précisément, les représentants des mutuelles de...

Avis d’extension d’un accord (Drôme-Ardèche) chez les ouvriers du bâtiment

La ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion, envisage d’étendre, par avis publié le 26 mai 2021, les dispositions de l’accord territorial (Drôme-Ardèche) du 25 janvier 2021 relatif au barème d'indemnités de petits déplacements IPD, conclu dans le cadre des conventions collectives nationales des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment visées et non visées par le décret du 1er mars 1962 modifié (c’est-à-dire...