La santé mentale des cadres est toujours dégradée

Ce communiqué provient du site du syndicat de salariés CFE-CGC.

Après deux ans de pandémie de Covid et dans un contexte économique difficile, 1 cadre sur 4 estime que sa santé mentale s’est dégradée durant la période, d’après une étude de l’Apec.

Porté par la CFE-CGC depuis toujours, le thème de la santé au travail et des risques psychosociaux ne quitte pas le devant de la scène, hélas ! Une récente étude* de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) révèle ainsi que 1 cadre sur 4 estime que sa santé mentale s’est dégradée ces deux dernières années.

Certes, 62 % des cadres interrogés jugent que la mise en place du télétravail a eu un impact positif sur leur santé psychologique. Mais ils sont 55 % à avoir un sentiment de surcharge au travail, 54 % d’épuisement professionnel et 54 % de stress intense. Près d’un cadre sur cinq (19 %) a déjà dû prendre un congé ou un arrêt maladie en raison d’un sentiment d’épuisement professionnel.

« Ces difficultés sont ressenties plus fréquemment par les managers », commente Gilles Gateau, directeur général de l’Apec, lequel souligne que « le niveau de stress est perçu comme étant intense par 64 % des managers versus 48 % pour les cadres non-managers ».

46 % DES CADRES JUGENT INSUFFISANTE LES ACTIONS DE LEUR ENTREPRISE

Pierre dans le jardin des DRH, 46 % des cadres jugent les actions de leur entreprise insuffisantes pour préserver la santé mentale des salariés. S’ils sont plus de la moitié (57 %) à estimer leurs managers vigilants sur le sujet, 60 % se tourneraient en priorité vers leurs collègues pour partager leur difficulté psychologique (stress, isolement, déprime, épuisement).

Notons aussi que 66 % des cadres interrogés souhaitent particulièrement préserver l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle et que cet item est en forte progression cette année (+ 19 points versus août 2021). Un quart d’entre eux (26 %) indiquent même souhaiter diminuer leur temps consacré au travail.

Par ailleurs, il faut signaler que la Dares (ministère du Travail) conduit actuellement avec l’institut de sondage Ipsos une enquête sur les conséquences concrètes de la crise sanitaire sur les conditions de travail et la santé des personnes en emploi. Avec notamment pour but de mesurer la dégradation de la santé psychique.

* Source : Enquête en ligne de l’Apec réalisée en août 2022 auprès d’un échantillon représentatif des cadres du secteur privé en et hors emploi.

Ajouter aux articles favoris
20 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Adultes handicapés : panorama d’un accompagnement en nette amélioration

La Drees (service statistique du ministère de la santé) publie une étude fort intéressante sur l'accompagnement des adultes handicapés au sein d'établissement et services médico-sociaux. Bien que les données présentées remontent à 2018, elles montrent que l'accueil et l'accompagnement des adultes en situation de handicap s'est largement amélioré au fil des années. L'étude (...

Salaires : dans la miroiterie, troisième accord de l’année

Après les différentes hausses du SMIC intervenues cette année, comme autant de conséquences du niveau relativement élevé de l’inflation, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN de la miroiterie, de la transformation et du négoce du verre ont dû s’emparer, pour la troisième fois cette année, de l’enjeu de la revalorisation de la grille salariale conventionnelle. Alors qu'à...

Action sociale : un nouvel outil de visualisation de données publiques est disponible

La Drees (le service statistique du ministère de la santé) annonce la mise en ligne d'un nouvel outil de visualisation de données publiques relatives à l'action sociale. Cet outil appelé Vilas (visualisation d'indicateurs localisés sur l'action sociale) recense les principaux indicateurs d'action sociale menée par les conseils départementaux. Ce nouvel outil (...