Dans les HCR, le patronat favorable à une nette hausse des salaires

Alors que le secteur des hôtels-cafés-restaurants a bien du mal à recruter les 125 000 à 200 000 salariés qui lui manqueraient afin de retrouver un niveau d’activité plus normal, l’UMIH, la principale organisation professionnelle de la branche, s’est prononcé lundi, dans les colonnes du Parisien, en faveur d’une nette hausse des salaires qui y sont pratiqués.

Par la voix de Thierry Grégoire, responsable des affaires sociales de l’UMIH et président de l’UMIH Nord-Pas-de-Calais, le patronat des HCR propose “d’augmenter les salaires entre 6 et 8,5%, voire peut-être 9%”. “Ca serait un accord historique. Si on veut mettre fin à la pénurie, il faut rémunérer les salariés à la hauteur du travail qui est fourni. Actuellement ce n’est pas le cas partout”, commente Thierry Grégoire.

Bien lancé, l’UMIH entend également s’adresser aux représentants des salariés afin de “discuter pour verser un treizième mois et dans un second temps, en mars 2022, de négocier la mise en place d’un intéressement ou d’une participation” pour “partager la valeur sous forme d’un dividende social”.

Au sujet du travail du dimanche, si le responsable de l’UMIH n’a pas jugé opportun de mieux le rémunérer, au motif que “cela déséquilibrerait [le] modèle économique [du secteur, ndlr]”, il a en revanche déclaré ne pas être opposé à l’idée d’accorder “un week-end off toutes les trois ou quatre semaines”. Toujours au rayon des conditions particulières d’emploi du secteur, Thierry Grégoire veut revoir “la loi de 1936 qui nous oblige à nourrir nos salariés” et la remplacer par l’introduction de chèques-déjeunes, “plus intéressants” pour les salariés d’après lui.

Enfin, proposition originale, le représentant patronal des HCR réclame de l’Etat qu’il mette fin aux “exonérations de charges sur les bas salaires”, dans la mesure où elles créent “une trappe à bas salaire en récompensant les entreprises qui payent au Smic”, et qu’il organise “ces exonérations au niveau intermédiaire”, afin d’inciter les employeurs “à mieux rémunérer leurs employés”.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

La nouvelle CCN des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile peut enfin entrer en vigueur

En mai 2021, nous publiions le texte conventionnel unifié du secteur des particuliers employeurs et de l'emploi à domicile. Cette nouvelle CCN était alors prévue pour entrer en vigueur le 1er jour du 1er mois de l'année civile suivant celle au cours de la quelle paraît son arrêté d'extension. Comme on pouvait s'y attendre, l'extension est parue en 2021. Grâce à la...
Lire plus

Dans la branche à domicile, le problème des salaires toujours au cœur des débats paritaires

Au printemps dernier, ainsi que nous l'avons alors évoqué à plusieurs reprises, les pouvoirs publics ont décidé d'agréer l'avenant 43-2020 signé par les représentants patronaux et salariaux de la branche à domicile portant sur une refonte des classifications de la branche - et impliquant une hausse sensible des salaires, de l'ordre, au global, de 15 %. ...
Lire plus

Données CCN : les 18 nouveautés de l’année

Le ministère du travail vient de publier les dernières statistiques dédiées aux conventions collectives nationales (CCN). Ces données démographiques et salariales portent sur l'année 2019 et nous permettent d'avoir une vision bien plus à jour de chaque secteur. Comme à chaque mise à jour, on constate des mouvements dans les CCN présentées par la Dares (le service statistique du ministère du travail). Voici ce qu'il faut retenir de cette fournée annuelle. ...

Salaires : Geoffroy Roux de Bézieux réaffirme son refus d’une hausse généralisée

Dans le cadre d'une interview publiée ce jour dans Les Echos, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du MEDEF, réaffirme son refus d'une hausse généralisée des salaires. "Si les hausses salariales se généralisent, ce ne sera pas soutenable pour l'ensemble de l'économie", juge-t-il en effet, pointant notamment du doigt le risque d'augmentation de l'inflation...
Lire plus

Salaires : les CCN gagnent le pouvoir de définir le contenu des minima hiérarchiques

Le Conseil d'Etat vient de trancher la question du pouvoir des branches professionnelles sur les salaires minima hiérarchiques (SMH). La décision est claire : les partenaires sociaux restent maîtres au niveau des conventions collectives s'agissant de la définition du SMH. Une victoire sur les ordonnances Macron (qui tendent à donner davantage de pouvoir à la négociation d'entreprise face aux CCN) que les syndicats de salariés semblent savourer (...