Comment l’Allemagne est sortie du monopole de la sécurité sociale en santé

Le monopole de la sécurité sociale est une obsession très française, qui, assez paradoxalement, occupe encore plus les prétendus libéraux que les étatistes assumés. Emmanuel Macron lui-même, présenté comme “ultra-libéral” par ses opposants, avait prévu une extension du domaine de l’assurance-vieillesse en nationalisant les régimes complémentaires privés, et a mis à l’étude la “Grande Sécu” qui limiterait drastiquement le champ d’intervention des complémentaires santé. Pourtant, d’autres modèles sont possibles, qui donnent une meilleure satisfaction aux assurés. C’est en particulier le cas du modèle allemand qui, depuis les années 90, s’est ouvert à la concurrence.

Rapport-Assurance-Maladie-France-Allemagne_VCL-04-2022

Le rapport en matière d’assurance maladie que nous présentons ici compare l’évolution des modèles allemand et français, initialement très proches. Depuis les années 90, ces modèles suivent des évolutions inverses. 

En Allemagne, la signature du traité de Maastricht a justifié une ouverture des caisses primaires de sécurité sociale à la concurrence. Sans aucune privatisation, l’Allemagne a réformé son système de santé pour améliorer sa qualité de service tout en maîtrisant les coûts. 

Pour y parvenir, elle s’est contentée de réformer les conditions d’adhésion aux caisses primaires, en laissant chacun choisir sa caisse, sans tenir compte de l’origine professionnelle. 

Inversement, la France a fait le choix de préserver le monopole de l’assurance maladie et d’étatiser de façon grandissante son système de santé, créant une bureaucratie onéreuse et diminuant progressivement la qualité des soins. 

Le rapport ci-dessus montre comment la France pourrait, sans susciter de résistance bloquante, emprunter les méthodes allemandes pour dynamiser sa couverture santé. 

Ajouter aux articles favoris
6 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer

MACSF remanie son comité exécutif

Ce communiqué a été diffusé par le groupe MACSF. A la suite du départ à la retraite du directeur des systèmes d’information et du directeur des ressources humaines, la MACSF a procédé à plusieurs nominations au sein de son comité exécutif. ...

Un nouveau représentant CPME rejoint la sous-commission protection sociale complémentaire de la CNNCEFP (ex-Comarep)

La sous-commission de la protection sociale complémentaire de la Commission nationale de la négociation collective, de l'emploi et de la formation professionnelle (CNNCEFP) accueille un nouveau représentant des employeurs, sur proposition de la CPME. C'est Charlotte Walsh de Serrant qui rejoint cette sous-commission à la place de Manon Ledez. Rappelons que cette sous-commission prend la suite de la Comarep, notamment pour examiner les accords collectifs dédiés à la protection sociale complémentaire...