3 CHIFFRES QUE VOUS DEVEZ CONNAÎTRE SUR LE CHÔMAGE

La DARES a publié hier les (mauvais) chiffres du chômage pour février 2015. Au-delà du rituel des annonces, voici 3 chiffres que vous devez avoir en tête. 

150.000 chômeurs indemnisés de plus en un an

En février 2014, la France comptait 3,34 millions de chômeurs indemnisés (dits de catégorie A). Elle en compte, en février 2015, 3,49 millions. La hausse globale est donc de 5% en un an. Cette mauvaise performance touche en priorité les hommes. Rappelons que la France compte 200.000 chômeurs de plus chez les hommes que chez les femmes. 

Moins d’un demandeur d’emploi sur 2 est indemnisé

Le taux d’indemnisation des demandeurs d’emploi est tombé à 48% en décembre 2014. Il souligne qu’une grande partie des demandeurs d’emploi n’est pas pris en charge par la solidarité entre salariés. Dans la pratique, en décembre 2014, l’assurance-chômage n’indemnisait « que » 2,35 millions de personnes (150.000 de plus qu’un an auparavant). L’Etat en prenait en charge près de 500.000 au titre de la solidarité nationale (chômeurs en fin de droit). Le reste des demandeurs d’emploi ne bénéficie d’aucune indemnisation. 

Au total, Pôle Emploi comptait 5,26 millions d’inscrits dans ses fichiers en février 2015, indemnisés ou non, soit une hausse de près de 300.000 personnes en un an… 

Le chômage a moins augmenté dans le Nord…

La DARES détaille l’augmentation du chômage par région. Les régions où la situation s’est le mieux stabilisée en un an (moins de 2,5% d’augmentation des chômeurs indemnisés) sont la Haute-Normandie, la Picardie, le Nord et la Lorraine. Ce sont curieusement les régions où le Front National a fait les meilleurs scores lors des élections départementales. 

En revanche, les régions les plus « sinistrées » (plus de 6% d’augmentation en un an) sont la Corse et la région Rhône-Alpes. Dans ces régions, le Front National a plutôt patiné dimanche dernier… 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Dans la sécurité aéroportuaire, la prime de sûreté est-elle due aux salariés en arrêt de travail ?

Par un jugement rendu à la fin du mois d'octobre 2022, la Cour de cassation tranche un litige survenu entre un salarié et son employeur relevant de la CCN de la prévention et sécurité (IDCC 1351). Le conflit concerne le versement, ou non, de la prime annuelle de sûreté aéroportuaire au salarié alors qu'il est en arrêt de travail. Deux conceptions s'affrontent ici et la réponse donnée par le juge est importante à connaître. ...
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...
Lire plus

Forfait jours dans la métallurgie : le salaire peut bien être amputé en fonction des absences du salarié

Les salariés cadres au forfait jours bénéficient généralement d'un salaire minimum basé sur un nombre de 218 jours travaillés dans l'année. Mais que se passe-t-il si le salarié n'a pas travaillé le nombre de jours prévus par son contrat de travail ? Doit-il recevoir le salaire minimum prévu par la convention collective ? L'employeur peut-il réduire son salaire proportionnellement au nombre de jours pendant lesquels il n'a pas travaillé ? C'est à cette question que vient de répondre la Cour de cassation dans le cadre de la convention...