Salaires : dans les services à la personne, un coup d’éclat syndical perturbe la négociation

Dans la branche des entreprises de services à la personne comme ailleurs – et tout particulièrement dans les secteurs d’activité où les salaires sont relativement bas – l’enjeu des salaires est particulièrement sensible en cette période d’inflation élevée.

Depuis la rentrée de septembre, les représentants des employeurs et des salariés de la branche discutent de ce thème afin de s’entendre sur une revalorisation des minima salariaux conventionnels. Après des échanges pas toujours évidents, ils devaient, si l’on en croit la CFDT, FO et la CFTC, signer un accord à l’occasion de la réunion paritaire prévue le 14 novembre dernier. Hélas, les choses se sont déroulées différemment.

“Une organisation syndicale”, pour reprendre les termes des trois organisations citées précédemment – on en déduira qu’il s’agit de la CGT puisqu’il y a quatre organisations salariales représentatives dans cette branche – aurait jugé opportun de transformer la CPPNI en tribune de protestation au profit de représentants d’une entreprise normande aux pratiques sociales décriées comme étant discutables. De fait, ce coup d’éclat a empêché la réunion paritaire de se tenir et la négociation salariale n’a donc pas pu être finalisée.

Déplorant une politique du “buzz à tout prix”, la CFDT, FO et la CFTC rappellent que cette affaire se traduit par le fait que l’accord sur les salaires sera signé avec plusieurs semaines de retard. “Résultat de ce blocage : les salariés sont encore une fois perdants (y compris ceux de l’entreprise normande) puisque les organisations patronales ont gagné un mois sur la négociation des minima de branche”. “Le prochain rendez-vous paritaire est prévu le 7 décembre 2022 et nous souhaitons que cette séance puisse se tenir” demandent-elles. Réponse à ce moment-là.

Ajouter aux articles favoris
23 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Salaires : après un mouvement social, + 5,8 % dans le champagne

Dans le champagne - activité viticole désormais couverte par la CCN des vins, cidres, jus de fruits, sirops, spiritueux et liqueurs de France - comme dans les autres branches d'activité, l'enjeu des salaires est l'enjeu social du moment. Dans ce secteur, il a même nourri, ces dernières semaines, un mouvement social qui a perturbé le bon fonctionnement de plusieurs maisons. C'était, dans une telle...

Salaires : dans la miroiterie, troisième accord de l’année

Après les différentes hausses du SMIC intervenues cette année, comme autant de conséquences du niveau relativement élevé de l’inflation, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN de la miroiterie, de la transformation et du négoce du verre ont dû s’emparer, pour la troisième fois cette année, de l’enjeu de la revalorisation de la grille salariale conventionnelle. Alors qu'à...

Dans la CCN 66, une proposition de revalorisation de 2,9 % de la valeur du point

Dans l'importante CCN des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, plus couramment nommée CCN 66, les salaires, qui sont un enjeu sensible depuis plusieurs années maintenant, le sont tout particulièrement ces derniers temps, avec la hausse de l'inflation. Les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN 66 se sont réunis le 9 novembre pour une commission mixte...

Salaires : + 10 à + 20 euros par mois dans la presse spécialisée

Après les différentes hausses du SMIC intervenues cette année, comme autant de conséquences du niveau relativement élevé de l’inflation, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN de la presse spécialisée ont dû finaliser la négociation salariale conventionnelle qu'ils avaient engagé... en début d'année. De fait, dans la presse spécialisée, c'est en février dernier que les...