Loi Macron en commission spéciale : travail dominical et professions réglementées

Depuis le début de l’examen de la loi pour la croissance et l’activité, dite loi Macron, la commission spéciale croissance et activité a pu examiner de nombreux amendements. 

Certains ont été retirés (288), sont tombés (197), ou ont été rejetés (301) par la commission. 

Plus de 600 amendements n’ont été ni soutenus, ni renseignés. 

Actuellement, 382 amendements ont été adoptés, modifiant le projet de loi initial pour la croissance et l’activité. 

Les dispositions les plus polémiques qui ont suscité les réactions les plus virulentes sont sans nul doute les propositions de réforme des professions réglementées (articles 12 à 22 du projet de loi) et les articles liés au travail dominical (articles 71 à 82 du projet de loi). 

 

Les amendements liés au travail dominical 

26 amendements en rapport avec le travail dominical ont été adoptés. 

La plupart des amendements ont été déposés par les personnes suivantes qui sont membres de la commission spéciale : M. Ferrand, rapporteur général, M. Travert, rapporteur thématique, M. Castaner, rapporteur thématique, M. Grandguillaume, rapporteur thématique, M. Robiliard, rapporteur thématique, M. Savary, rapporteur thématique, M.Tourret, rapporteur thématique, Mme Untermaier, rapporteure thématique, Mme Valter, rapporteure thématique et M. Giraud

Parmi les amendements acceptés, une grande partie est d’ordre rédactionnel, comme l’amendement SPE1685 à l’article 71 qui propose la rédaction “ainsi que des organisations professionnelles d’employeurs et des organisations syndicales de salariés intéressées” à la place de “et des syndicats d’employeurs et de salariés intéressés”. 

Une autre partie des amendements concerne l’ajout de précisions sur les articles de référence du Code du travail notamment. 

L’amendement SPE 1870 modifie l’article 75 en proposant “d’encadrer la procédure de délimitation ou de modification d’une zone touristique ou d’une zone commerciale en fixant un délai global de six mois au préfet de région dans le cas d’une demande de création pour instruire le dossier, procéder aux consultations rendues obligatoires par la loi et prendre sa décision. Dans le cas d’une modification du périmètre d’une zone déjà existante, ce délai global gagnerait à être ramené à trois mois“. 

Une série d’amendements à l’article 76 précise que les accords professionnels pour le travail dominical sont pris en contrepartie de compensation financières notamment. 

L’amendement SPE 1878 modifie l’article 77 et propose que le salarié puisse changer d’avis sur son travail dominical dans des conditions prévues par un accord collectif. 

C’est l’amendement SPE 1881 qui modifie l’article 80 qui permet au maire d’autoriser jusqu’à 12 dimanches travaillés par an. 

 

Les amendements relatifs aux professions réglementées 

80 amendements en rapport avec les règles liées aux professions réglementées ont pour le moment été adoptés. 

La plupart des amendements ont été déposés par les personnes suivantes : M. Ferrand, rapporteur général, M. Travert, rapporteur thématique, M. Castaner, rapporteur thématique, M. Grandguillaume, rapporteur thématique, M. Robiliard, rapporteur thématique, M. Savary, rapporteur thématique, M.Tourret, rapporteur thématique, Mme Untermaier, rapporteure thématique, Mme Valter, rapporteure thématique et M. Giraud

Sont aussi intervenus M. Houillon, M. Poisson, M. Cherpion, Mme Louwagie, M. Aubert, M. Bonnot, M. Carré, M. Chrétien, M. Costes, M. Fasquelle, M. Gérard, M. Gosselin, M. Heinrich, M. Hetzel, M. Huet, M. Huyghe, Mme de La Raudière, M. Lurton, M. Saddier, M. Taugourdeau, M. Tetart, M. Vitel, M. Warsmann et M. Woerth ; ainsi que Mme Bonneton, M. Roumegas, Mme Abeille, M. Alauzet, Mme Allain, Mme Attard, Mme Auroi, M. Baupin, M. Cavard, M. Coronado, M. de Rugy, Mme Duflot, M. François-Michel Lambert, M. Mamère, Mme Massonneau, M. Molac, Mme Pompili et Mme Sas, M. Dolez, M. Asensi, M. Bocquet, Mme Buffet, M. Candelier, M. Carvalho, M. Charroux, M. Chassaigne, Mme Fraysse et M. Sansu. 

D’autres amendements ont été déposés à l’initiative des parlementaires suivants : M. Hetzel, M. Chrétien ou encore M. Aubert. 

 

L’amendement SPE 1739 modifie l’article 13 et propose de “limiter les activités pour lesquelles les avocats pourraient postuler auprès de l’ensemble des tribunaux de grande instance du ressort de la cour d’appel au sein de laquelle ils ont établi leur résidence professionnelle”. 

L’amendement SPE 1779 modifie l’article 14 et “instaure une limite d’âge, fixée à soixante-dix ans, pour l’exercice des fonctions de notaire dans l’ensemble du territoire national”. 

L’amendement SPE 1784 ajoute un article après l’article 20 et “vise à permettre le recours à toute forme juridique pour l’exercice des professions d’huissier, de notaire, de commissaire-priseur judiciaire, d’avocat et d’administrateur et de mandataire judiciaire, à l’exclusion de celles conférant la qualité de commerçant à leurs associés, soit les sociétés en commandite par actions et les sociétés en nom collectif”. 

Plusieurs amendements ont été déposés et adoptés pour supprimer l’alinéa 2 de l’article 21 du projet de loi qui devait créer le statut d’avocat d’entreprise. Or, beaucoup considèrent ce statut comme contraire à l’indépendance inhérente au métier d’avocat (le salariat induit un lien de subordination et donc une perte d’indépendance). 

L’amendement SPE 1783 modifie l’article 22 et vise à “simplifier les règles relatives à la création et la constitution de société d’exercice libéral et de société de participations financières de professions libérales, tout en garantissant le respect des règles de déontologie propres à chaque profession, notamment pour prévenir les risques de conflits d’intérêts”. 

 

Le projet de loi Macron suscite, comme prévu, de nombreuses réactions de la part des parlementaires. Les réactions sont plus nombreuses et plus vives concernant la réforme des professions réglementées. 

Les amendements adoptés en commission spéciale seront ensuite débattus à l’Assemblée nationale dès la fin janvier. 

 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...
Lire plus

Forfait jours dans la métallurgie : le salaire peut bien être amputé en fonction des absences du salarié

Les salariés cadres au forfait jours bénéficient généralement d'un salaire minimum basé sur un nombre de 218 jours travaillés dans l'année. Mais que se passe-t-il si le salarié n'a pas travaillé le nombre de jours prévus par son contrat de travail ? Doit-il recevoir le salaire minimum prévu par la convention collective ? L'employeur peut-il réduire son salaire proportionnellement au nombre de jours pendant lesquels il n'a pas travaillé ? C'est à cette question que vient de répondre la Cour de cassation dans le cadre de la convention...