Les quatre points-clés de la négociation sur les retraites complémentaires

La négociation qui s’ouvre ce mardi tournera autour de quatre points-clés. 

1 – le levier de l’âge:

cette mesure devrait être privilégiée par le bord patronal, qui verrait d’un bon oeil un report de l’âge de départ à taux de plein de deux ans au moins. Cette mesure est la seule qui apporte une économie durable au système, dans la mesure où elle répercute les effets de la principale cause du déséquilibre systémique des retraites: l’allongement de la durée de vie. Elle constitue en revanche un casus belli pour les organisations de salariés, qui pourraient néanmoins consentir à une logique de décote pour les départs à l’âge du régime général. 

2 – le levier des ressources:

cette mesure est revendiquée notamment par la CGT, mais elle devrait aussi être demandée par FO, dans des proportions différentes. Il se murmure que FO se satisferait d’une augmentation de 0,1% des cotisations. Pour le bord patronal, cette mesure sera toutefois difficile à expliquer: alors que Pierre Gattaz et ses troupes ont houspillé le gouvernement sur le niveau des charges et sur son incapacité à les baisser, consentir à une mesure de relèvement des charges pour obtenir une signature syndicale risque d’apparaître comme un dangereux aveu d’échec. 

3 – le levier du montant des pensions

la tentation commune des organisations syndicales, qu’elles soient patronales ou salariales, sera sans doute de faire porter une partie de l’effort aux futurs retraités en dégradant ni vu ni connu leur niveau de pensions. Dans le cas de l’AGIRC-ARRCO, cette formule peut se traduire par différentes mesures, comme la baisse du rendement du point ou la désindexation des pensions. Il est à peu près acquis que le futur accord comportera des dispositions de ce genre. 

4 – la fusion de l’AGIRC et de l’ARRCO

poussés par le rapport de la Cour des Comptes, les partenaires sociaux devraient mettre sur le tapis la fusion des caisses de retraite complémentaire. Cette idée constitue toutefois un repoussoir pour la CGT et la CGC, toutes deux attachées, pour des raisons différentes, au statut de cadre. Un scénarion de sortie pourrait consister à fusionner les régimes par répartition et à confier des missions nouvelles à l’AGIRC, par exemple la mise en place d’un régime de retraite surcomplémentaire par capitalisation pour les cadres. 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer

Salaires : après un mouvement social, + 5,8 % dans le champagne

Dans le champagne - activité viticole désormais couverte par la CCN des vins, cidres, jus de fruits, sirops, spiritueux et liqueurs de France - comme dans les autres branches d'activité, l'enjeu des salaires est l'enjeu social du moment. Dans ce secteur, il a même nourri, ces dernières semaines, un mouvement social qui a perturbé le bon fonctionnement de plusieurs maisons. C'était, dans une telle...

L’ACPR publie 2 décisions relatives aux contributions au fonds de résolution national

Le collège de résolution de l'ACPR vient de publier 2 décisions concernant la mise en œuvre du calcul des contributions au dispositif national de financement de la résolution (fonds de résolution national - FRN). La première édicte les règles de calcul des contributions à partir de 2023 pour tous les établissements assujettis prévus à son article 1. La décision complète est...

La FMF veut en finir avec la taxation des complémentaires santé mutualistes

La fédération des mutuelles de France (FMF) a récemment engagé une campagne de communication dans le cadre de laquelle elle revendique la fin de la taxation des complémentaires santé mutualistes. Intitulée "pas de taxe sur ma santé", cette campagne dénonce d'abord le niveau de la taxation des contrats de complémentaire santé. S'élevant "à 14,1% ou à 21,1% du montant de la cotisation", les taxes sur les complémentaires "prélèvent injustement presque 2 mois par an (et 2 mois et demi dans...