Le Rac0 en auditif confirme sa bonne mise en orbite

A l’occasion du suivi de la réforme du Rac0 (ou 100% santé), le Ministre de la santé Olivier Véran se rend aujourd’hui dans un centre d’audioprothèses parisien. L’objectif : communiqué sur la réussite du dispositif.

Il est clair que la vente de prothèses auditives (de tous types) a dépassé les attentes depuis le début de l’année 2021. Avec l’application du Rac0 et la commercialisation de prothèses sans aucun reste à charge pour les patients, le nombre de prothèses écoulées en 1 semestre aurait bondit de 85% par rapport à la même période en 2019 (avant la crise du coronavirus). Si les chiffres annoncés par le Ministère ne sont pas totalement les mêmes que ceux qui avaient été communiqués par le syndicat des audioprothésistes (Sda) il y a 2 semaines, la tendance est similaire.

En effet, les annonces du gouvernement sont un peu plus triomphales. Quand il annonce une hausse de 85% d’audioprothèses vendues, le SdA affiche plutôt une hausse de 76,44%. Cela n’enlève rien à la réussite du dispositif.

Dans le même temps, le Ministère se dit rassuré que les prix des prothèses auditives non-Rac0 ne se soient pas envolés. Au contraire, ces prix semblent stagner, voire baisser : le prix moyen d’une prothèse sur le marché libre serait passé de 1 480 € en 2020 à 1 290 € en 2021.

Revers de la médaille pour l’assurance maladie : la dépense remboursable a augmenté de 144% par rapport à 2019. Le coût à la charge de la sécurité sociale est supérieur de 100 M€ à ce qui avait été prévu : il atteint 270 M€. Cela peut notamment s’expliquer par le fait que certains appareils de base, qui font partie de l’offre Rac0, aient vu leurs prix augmenter. En effet, certains appareils qui étaient parfois vendus moins chers avant la réforme, leurs prix ont été relevés pour atteindre le plafond Rac0 fixé à 950 € par la loi.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Discrimination syndicale : les nouvelles précisions du juge

Cette publication provient du site du syndicat de salariés FO. Le principe de non-discrimination, vis-à-vis des organisations syndicales, renvoie à l’interdiction qui est faite à l’employeur d’user de moyens quelconques de pression en faveur, ou à l’encontre d’une organisation syndicale (art L 2141-7 du code du travail). L’idée est, qu’au même...