Le désarroi technophobique de l’hôpital public

Alors que l’invraisemblable comitologie imaginée par la loi Touraine sur la santé entame son parcours parlementaire, la Matinale de l’Economie organisée par le cabinet Rivington à la Maison de la Chimie a permis, en traitant la question de la technologie et de la santé, de mettre à jour le préoccupant désarroi de la technostructure hospitalière face à la révolution numérique qui est en cours.  

Ce désarroi est notamment apparu à l’occasion de l’intervention de Chantal Carroger, directrice générale adjointe de l’hôpital universitaire de Nice. Cette “insideuse” a en effet répondu de façon assez précise à la question de la mutualisation des moyens informatiques dans les hôpitaux publics. Alors que la loi de financement de la sécurité sociale a ouvert la voie de façon très discrète à une impressionnante prolifération de la charge administrative par la mise en place de la facturation à l’acte (qui oblige chaque hôpital à facturer individuellement chaque acte pratiqué sur un patient), il est apparu clairement que la technostructure hospitalière n’a ni vision ni stratégie pour dégager des gains de productivité dans l’organisation médicale.  

Ce désarroi devrait conduire à une augmentation des recrutements de personnels administratifs, alors que la simplification était le maître mot du gouvernement. 

Comme souvent dans les services de l’Etat, le blocage majeur de l’organisation hospitalière tient à la manie de la technostructure de vouloir concentrer les décisions et de ne pas adapter ses pratiques managériales à l’évoution du monde. Alors que les personnels hospitaliers devraient être associés étroitement aux choix techniques transversaux, les personnels administratifs des hôpitaux continuent à monopoliser au maximum les processus de décision. 

Alors que la révolution numérique apporte en principe souplesse et flexibilité, elle se traduit en France par une étonnante rigidification des structures et des gouvernances. Peut-être l’Etat (et sa coûteuse hiérarchie) n’est-il plus adapté aux missions qui lui sont confiées… 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Amiante et faute inexcusable : les souffrances physiques et morales désormais indemnisées en sus de la rente AT/MP

La Cour de cassation vient de rendre deux décisions consacrées à l'indemnisation des souffrances physiques et morales pour les personnes exposées à l'amiante. Ces décisions sont passées tout à fait inaperçues dans le flot d'actualités sociales déjà bien fourni, elles revêtent toutefois une importance particulière. ...
Lire plus

Dans la sécurité aéroportuaire, la prime de sûreté est-elle due aux salariés en arrêt de travail ?

Par un jugement rendu à la fin du mois d'octobre 2022, la Cour de cassation tranche un litige survenu entre un salarié et son employeur relevant de la CCN de la prévention et sécurité (IDCC 1351). Le conflit concerne le versement, ou non, de la prime annuelle de sûreté aéroportuaire au salarié alors qu'il est en arrêt de travail. Deux conceptions s'affrontent ici et la réponse donnée par le juge est importante à connaître. ...
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...