La FMF veut en finir avec la taxation des complémentaires santé mutualistes

La fédération des mutuelles de France (FMF) a récemment engagé une campagne de communication dans le cadre de laquelle elle revendique la fin de la taxation des complémentaires santé mutualistes.

Intitulée “pas de taxe sur ma santé”, cette campagne dénonce d’abord le niveau de la taxation des contrats de complémentaire santé. S’élevant “à 14,1% ou à 21,1% du montant de la cotisation”, les taxes sur les complémentaires “prélèvent injustement presque 2 mois par an (et 2 mois et demi dans certains cas)” de cotisations des assurés. Ceci représente un niveau supérieur aux taxes sur les hamburgers ou sur les “produits de luxe”. Quoi qu’il en soit, ces taxes privent les assurés d’une quantité importante de prestations, déplore la FMF.

Du point de vue de la FMF, il apparaît, certes, que ce sont les cotisations pesant sur les organismes mutualistes qui sont les plus problématiques. Elle les considère en effet d’autant plus “injustes” qu’elles “frappent de la même façon des acteurs à but non lucratif et des organismes rémunérant des actionnaires”.

Partant de cette argumentation, la FMF demande de “supprimer les taxes sur les cotisations mutualistes”. Elle invite ses adhérents, ainsi que, plus généralement, les assurés sociaux, à s’adresser aux parlementaires représentant leur territoire, afin qu’ils “examine[nt] avec attention le problème” concerné.

Si, sur le fond, la démarche de la FMF ne manque pas d’intérêt – bien au contraire – elle appelle toutefois deux remarques. On s’interrogera d’une part sur le calendrier qu’elle a retenu, alors que l’examen parlementaire du PLFSS 2023 n’en est plus vraiment à ses débuts. D’autre part, on posera la question de la pertinence, aussi bien juridique que politique, d’un traitement différencié des différentes familles d’assureurs santé.

Ajouter aux articles favoris
1 Shares:
commentaire
  1. La campagne actuelle est dans le prolongement des demandes antérieures, au PLFSS 2023 et aux PLFSS des années précédentes. Sur la santé, une campagne des années 80 s’intitulait: “mon corps n’est pas une bagnole”. Des Présidents de la République (Hollande, Macron) sont venus dire, lors de Congrès de la FNMF, qu’ils demanderaient la suppression des taxes sur la santé, rendant du pouvoir d’achat aux assurés. La réalité économique présente deux catégories: des organismes privés à but lucratif et des organismes privés à but non lucratif. Laissons la justice trancher de la pertinence d’une taxation différenciée. Pourquoi le gouvernement refuse une taxation des super profits des banques et des compagnies pétrolières alors qu’il n’hésite pas taxer les résultats excédentaires des complémentaires?

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

L’aide aux aidants : cette prestation importante déjà prévue par 20 accords santé

Parmi les thèmes que l'on retrouve à travers les nombreux accords santé en vigueur dans les conventions collectives nationales (CCN), celui de l'aide aux aidants pourrait bien occuper une place de plus en plus importante. Directement lié au sujet de la dépendance, l'aide aux aidants fait partie des mesures que l'on retrouve ça et là aussi bien dans les prestations dites d'assistance que dans les prestations intégrées au degré élevé de solidarité (DES, ou haut degré de solidarité, HDS). Il nous semble utile de dresser un état des lieux des...

Frais de santé : le nouveau gestionnaire des HCR est connu

Annoncée par l'Argus de l'assurance, l'information circule depuis dans la presse spécialisée : les assureurs de référence du régime conventionnel de frais de santé des hôtels, cafés et restaurants (HCR), Klesia et Malakoff Humanis, ont choisi le remplaçant de Colonna pour la gestion dudit régime. Il s'agit de Vivinter, le gestionnaire de protection sociale complémentaire du groupe Diot-Siaci - groupe dont Alain Missoffe, qui comptait il y a peu encore parmi les responsables de Klesia, est le...
Lire plus

Le double jeu trompeur de la cotisation santé de la CCN charcuterie de détail

Le niveau de la cotisation santé dans la convention collective nationale (CCN) de la charcuterie de détail (IDCC 953) soulève bien des interrogations parmi les organismes de complémentaire santé positionnés sur ce marché. Après des années d'un régime financé par une cotisation indexée sur le plafond mensuel de la sécurité sociale (PMSS), le tarif a été rebasculé sur un montant en euros largement inférieur à ce qui était en place...

Chez Orange, la cotisation santé MG des contractuels en nette hausse

Les salariés de droit privé d'Orange ainsi, d'ailleurs, que les fonctionnaires employés au sein de l'opérateur, sont couverts par des régimes frais de santé collectifs dont la Mutuelle Générale (MG) est l’assureur historique. Au début de l'hiver, les représentants des salariés ont été informés que le régime de frais de santé des salariés contractuels ne se trouvait pas dans une dynamique comptable favorable. Après un exercice déficitaire en 2021, les premières tendances portant sur...
Lire plus

Hausses tarifaires en santé individuelle : les Ocam et l’UFC-Que Choisir sont au moins d’accord sur un point

L'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir (ci-après "UFC") vient de sortir son habituelle publication fustigeant les hausses tarifaires en complémentaire santé individuelle. Après une année 2022 qui n'a (étonnamment) pas conduit l'UFC à publier de communiqué sur les hausses tarifaires, l'association revient à la charge en 2023. ...