Epargne-retraite: l’épineuse question du forfait social!

La FAIDER organisait hier, à l’occasion de son dixième anniversaire, les Etats Généraux de l’épargne retraite, qui ont donné lieu à une intéressante intervention de Dominique Lefebvre. Le député déjà auteur il y a deux ans du rapport sur l’assurance-vie et le financement de l’économie a livré son point de vue sur les conditions fiscales du développement de l’épargne retraite.  

Assez astucieusement, Dominique Lefebvre, qui est tout de même responsable du groupe socialiste à la commission des finances, et qui peut donc se targuer d’une certaine influence sur la majorité parlementaire, a présenté les quelques éléments-clés qui tournent autour du développement de l’épargne retraite et d’un éventuel soutien fiscal accru. Ces propos méritent d’être calmement décryptés par les assureurs vie. 

Premier point: selon Dominique Lefebvre, il n’existe pas de défaut d’épargne en France. Peut-être l’épargne est-elle mal répartie selon les produits, mais l’équilibre global justifierait difficilement que le gouvernement ne s’embarque dans une politique de développement nouveau de l’épargne. Autrement dit, et en filigrane, si l’épargne retraite doit prendre son envol, elle doit procéder par réallocation de l’existant, et non par création d’un nouveau dispositif. 

Deuxième point: les dépenses fiscales au bénéfice de l’épargne ne peuvent être augmentées dans un contexte de réduction des déficits publics. Un développement de l’épargne retraite ne s’appuiera donc pas sur un quelconque coup de pouce fiscal! Là encore, l’argument comporte en filigrane l’idée qu’une mesure fiscale en faveur de l’épargne retraite ne peut intervenir qu’en soustraction d’une autre mesure… sur l’assurance-vie par exemple. 

Troisième point: l’aversion au risque n’incite guère à parier sur le développement de produits d’épargne pour favoriser le financement de l’économie. On voit mal en quoi l’épargne retraite échapperait à ce principe. S’agissant d’un produit destiné à assurer la retraire, qui plus est… 

Ces trois arguments majeurs compliquent forcément la tâche de ceux qui imaginent aujourd’hui un développement de l’épargne retraite favorisé par des mesures fiscales incitatives. Une fois de plus, le débat qui est posé est celui de l’arbitrage entre les produits existants (notamment l’assurance-vie) et la mise en place d’un produit dédié. 

 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Amiante et faute inexcusable : les souffrances physiques et morales désormais indemnisées en sus de la rente AT/MP

La Cour de cassation vient de rendre deux décisions consacrées à l'indemnisation des souffrances physiques et morales pour les personnes exposées à l'amiante. Ces décisions sont passées tout à fait inaperçues dans le flot d'actualités sociales déjà bien fourni, elles revêtent toutefois une importance particulière. ...
Lire plus

Dans la sécurité aéroportuaire, la prime de sûreté est-elle due aux salariés en arrêt de travail ?

Par un jugement rendu à la fin du mois d'octobre 2022, la Cour de cassation tranche un litige survenu entre un salarié et son employeur relevant de la CCN de la prévention et sécurité (IDCC 1351). Le conflit concerne le versement, ou non, de la prime annuelle de sûreté aéroportuaire au salarié alors qu'il est en arrêt de travail. Deux conceptions s'affrontent ici et la réponse donnée par le juge est importante à connaître. ...
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...