Y a-t-il un bon moment pour mettre en place la couverture complémentaire santé d’entreprise ?

Dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé, de plus en plus de branches et d’entreprises s’apprêtent à négocier, si ce n’est pas déjà fait, un accord collectif. Plusieurs questions sont posées par les employeurs, notamment concernant le moment auquel mettre en place cette complémentaire santé. 

 

L’obligation légale comme point de repère

La loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013 impose une date limite de mise en œuvre d’une complémentaire santé. C’est le 1er janvier 2016 qui fait figure de date limite. 

A compter de cette date, toutes les entreprises devront obligatoirement proposer à tous leurs salariés une protection complémentaire santé qui adopte les garanties minimales prévues par le décret du 8 septembre 2014

A défaut de proposer une telle couverture au 1er janvier 2016, les entreprises auront l’obligation de proposer des garanties minimales à leurs salariés. Ces garanties définies par la loi devront être financées au minimum à hauteur de 50% par l’employeur. 

 

La mise en place de la couverture peut être anticipée

Bien sûr, les entreprises peuvent anticiper la mise en œuvre de la couverture complémentaire santé pour tous leurs salariés. A première vue, il semble prudent d’opérer une telle anticipation, cela permet à l’employeur de prendre les devants et de ne pas être obligé de conclure un accord dans la précipitation. 

Toutefois, certaines précautions sont à vérifier. En effet, l’entreprise a tout intérêt à vérifier que la convention collective à laquelle elle est rattachée ne dispose pas d’un accord valide. 

Si la branche dispose d’une désignation d’un ou plusieurs organismes assureurs en vigueur, l’entreprise est obligée d’y adhérer en respectant également les garanties qui peuvent être prévues par l’accord. Dans ce cas, l’anticipation de l’entreprise doit se rattacher aux conditions prévues par l’accord de branche. 

Si la branche dispose d’une recommandation ou bien d’une labellisation d’un ou plusieurs organismes assureurs, l’entreprise a tout intérêt à examiner l’accord de branche afin de connaître les garanties à respecter et les organismes cités. Dans ce cas, l’employeur demeure libre de choisir l’organisme assureur avec lequel contracter. 

 

Les possibles dangers de l’anticipation

La négociation d’entreprise en vue de la généralisation de la couverture complémentaire santé au 1er janvier 2016 peut être risquée si elle est effectuée en amont. 

Avant de se lancer dans de telles discussion, l’employeur doit impérativement se renseigner sur l’état des négociations dans la branche à laquelle son entreprise est rattachée. 

Si un accord est en cours de négociation, l’entreprise à tout intérêt à attendre que celles-ci aboutissent. En effet, si l’entreprise négocie malgré tout un accord interne et que celui-ci s’avère être moins favorable que l’accord de branche, l’employeur aura l’obligation de se conformer, in fine, à l’accord conclu dans la branche. Le chef d’entreprise doit donc rester vigilant à l’activité de la convention collective qui le concerne

Dans le cas où aucun accord n’est en cours de conclusion au niveau de la branche, l’employeur peut tout à fait anticiper la mise en place de la complémentaire santé en négociant un accord d’entreprise. 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Homéopathie: les remboursements ont baissé de 2% en 2018

Alors que la Haute Autorité de Santé devrait prochainement recommander le déremboursement des produits homéopathiques par la Sécurité Sociale, l'Assurance Maladie a fourni quelques statistiques utiles sur le coût de cette garantie pour les assurés sociaux. Dans la pratique, non seulement le coût de l'homéopathie représente moins de 0,05% de la consommation de soins et de biens médicaux en France, mais son coût baisse alors que la dépense santé augmente par ailleurs. Ces...
Lire plus

Chic! l’homéopathie ne sera bientôt plus remboursée

La Haute Autorité de Santé a transmis à trois laboratoires spécialisés dans l'homéopathie (Boiron, Lehning et Weleda) un projet d'avis sans surprise. Saisie depuis plusieurs mois, cette Autorité, qui est contrôlée par les allopathes, proposerait de dérembourser l'homéopathie pour des raisons scientifiques. Elle fait ainsi écho à la campagne de dénigrement menée depuis plusieurs mois par des dizaines de médecins. Entretemps, le gouvernement a adapté en urgence les...

Assurance-chômage: l’équilibre des comptes n’est pas pour demain!

Les comptes de l'assurance-chômage ne reviendront pas à l'équilibre avant 2021, vient d'avouer un communiqué de l'UNEDIC chargée de la gestion du système. Cette mauvaise nouvelle s'explique largement par le ralentissement de la croissance qui affecte l'économie européenne. Voilà un signal supplémentaire de la fragilité des comptes publics en France.Un communiqué de l'UNEDIC dit tout: Dans ses...
Lire plus

Retraites: Macron repoussera-t-il ou non l’âge de départ?

Les retraites sont au centre d'une empoignade qui dure depuis plusieurs jours. D'un côté, le Haut-Commissaire Delevoye s'escrime à négocier la réforme avec les partenaires sociaux. De l'autre, Macron et les ministres lancent différents ballons d'essai qui compliquent singulièrement l'exercice. Un allongement nouveau de la durée de cotisations permettrait de compenser rapidement la probable réindexation des retraites voulue par les Gilets Jaunes....
Lire plus

Frais de gestion: une campagne de dénigrement menée contre les complémentaires santé

Les frais de gestion sont dans l'oeil du cyclone. Une véritable campagne de dénigrement est actuellement en cours pour dénoncer les profits que les organismes complémentaires engrangeraient sur le dos des assurés. La profession reste toujours totalement passive face à ces attaques annonciatrices du pire... Le "tout sécurité sociale" progresse....