Travailleurs de 2e ligne : la CGT réclame une hausse franche des salaires

Cette publication provient du site du syndicat de salariés CGT.

Exposés au COVID sans pour autant être soignants, ils ont continué à travailler pendant le premier confinement. Ils attendent toujours que les risques qu’ils ont pris soient reconnus par le gouvernement.

Agriculteurs, maraîchers, aides à domicile, agents de sécurité ou d’entretien, ouvriers du bâtiment, caissières… Ce sont en tout 17 familles de métiers de la « deuxième ligne » qui ont été identifiés par un rapport réalisé à la demande du gouvernement.

Cela représente 4,7 millions de personnes 

Les salariés concernés doivent avoir été exposés au virus par des contacts sociaux fréquents, qu’ils aient été amenés à travailler avec du public ou avec leurs collègues.
Ensuite, ils doivent avoir été présents sur leur site de travail pendant le premier confinement.

La CGT demande que soient ajoutés à cette liste certains salariés qui ont continué à effectuer depuis leur domicile un travail essentiel, comme par exemple les salariés de la Sécurité Sociale qui ont permis que des prestations soient versées aux salariés en arrêt maladie.

Au terme de « deuxième ligne », la CGT préfère le terme de travailleurs « d’utilité sociale », notamment parce que certains de ces travailleurs se sont retrouvés en première ligne, comme les agents d’entretien des hôpitaux.

Des promesses avaient été faites à ces salariés dès le printemps 2020, mais n’ont toujours pas été concrétisées 

Leur reconnaissance doit se faire sous la forme d’augmentations de salaires pérennes, pas en leur octroyant une prime. Parmi eux, ils sont nombreux à être payés au SMIC.

L’Etat doit donc montrer l’exemple en augmentant significativement le montant du salaire minimum.

Les salariés de ces différents métiers ont aussi pour caractéristiques communes d’avoir des conditions de travail et d’emploi difficiles. Plus souvent à temps partiel ou avec des horaires atypiques, ils sont généralement peu diplômés, ont peu de perspectives de carrière et risquent davantage de perdre leur emploi.

« Au-delà de la question du salaire, il y a un travail de fond à mener pour revaloriser de manière pérenne ces métiers, par des plans de formation ou des possibilités d’évolution de carrières. » commente Aurélie Mahout, responsable du pôle Emploi-garanties collectives au sein de l’Espace revendicatif.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer

Arrêté d’extension d’un protocole d’accord chez les OETAM des travaux publics de la Martinique

La ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion, a étendu par arrêté du 13 janvier 2022, publié le 27 janvier 2022, les dispositions du protocole d'accord du 27 octobre 2021 relatif aux salaires, conclus dans le cadre de la convention collective départementale des ouvriers du bâtiment et des travaux publics de la Martinique du 28 décembre 1973 (...

Adelaïde (Verlingue, Génération) investit dans le néo-courtier grossiste Zenioo

Ce communiqué provient du site d'Adelaïde. – Le groupe Adelaïde devient l’actionnaire industriel de référence de Zenioo– Les fondateurs de Zenioo conservent la majorité du capital– Zenioo souhaite accélérer son développement en s’associant à un acteur de référence du courtage– Zenioo s’appuiera ainsi sur Génération, le courtier gestionnaire en...

Arrêté d’extension d’un avenant à un protocole d’accord départemental (Bouches-du-Rhône) dans la boulangerie pâtisserie (entreprises artisanales)  

La ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion, a étendu par arrêté du 24 janvier 2022, publié le 28 janvier 2022 les dispositions de l'avenant n° 12 du 15 octobre 2021 relatif aux salaires au protocole d'accord départemental (Bouches-du-Rhône), conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la boulangerie et pâtisserie (entreprises artisanales) (...

Arrêté d’extension d’un accord dans la branche de la désinfection

La ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion, a étendu par arrêté du 24 janvier 2022, publié le 28 janvier 2022 les dispositions de l'accord du 14 octobre 2021 relatif à la revalorisation salariale, conclu dans le cadre de la convention collective nationale des entreprises de désinfection, désinsectisation, dératisation (3D) du 1er septembre 1991 (...