SYNDICALISME ET POPULISME: LE CAS FRONT NATIONAL

Le syndicalisme peut-il s’affranchir du populisme? La question est une nouvelle fois posée par les investitures du Front National aux élections cantonales: le cycle des exclusions commencent pour appartenance à un parti jugé trop populiste… 

La CFDT exclut un candidat FN dans le Jura

Appartenir au Front National n’est pas compatible avec l’engagement syndical: la CFDT vient de le redire dans le Jura, au canton de Mont-sous-Vaudrey, où le Front National a investi le maire (sans étiquette) de Rans, Stéphane Montrelay comme candidat aux élections cantonales. Stéphane Montrelay, 38 ans, n’est pas seulement un élu local engagé, il est aussi délégué du personnel CFDT à l’usine Solvay de Tavaux. Ce cumul des fonctions n’a pas plu à sa hiérarchie syndicale, qui a procédé à son exclusion. La fédération CFDT de la Chimie-énergie reste fidèle à la ligne officielle du syndicat. 

Pour justifier cette décision, la fédération indique que le Front National est en opposition avec les valeurs de la CFDT. La motivation est habituelle, mais on regardera avec attention la façon dont sa réception évolue dans l’opinion publique. Il n’est en effet pas sûr que les valeurs du Front National soient perçues par les militants de la même façon que par le hiérarchie syndicale parisienne. Et inversement, il n’est pas évident que les valeurs de la CFDT soient perçues de façon totalement limpide et identique à tous les échelons de la confédération… 

Le syndicalisme contre le populisme selon Laurent Berger

Dans une interview donnée au journal Libération ce vendredi matin, Laurent Berger a précisé sa doctrine sur le sujet. 

« Les choses se sont beaucoup tendues depuis la crise. (…) Et aujourd’hui une partie du patronat est tiraillée par un fort populisme, de même qu’un partie du syndicalisme », affirme-t-il. Pour lui, « la vraie question, c’est celle (…) du choix entre dialogue social et affrontement. Et ce, qu’il s’agisse du camp patronal ou syndical » (…). 

 

La posture de Laurent Berger est habituelle, mais elle est de plus en plus compliquée à défendre: comment se faire l’apôtre d’une culture de dialogue quand on exclut systématiquement des candidats d’un parti représentant au moins un quart de l’électorat, et en passe de devenir le premier parti du pays? Là encore, la soutenabilité de cette doctrine va subir l’épreuve du temps… et de la réalité. 

Sur le fond, c’est la notion même de populisme qui est interrogée: la CFDT gagnerait probablement à préciser en quoi le Front National est populiste. 

La position de la CGT sera un bon test

Inévitablement, la position de la CGT sur le même sujet aura valeur de test. 

On se souvient que, en 2011, le syndicat (en l’espèce la fédération des agents territoriaux) avait exclu son militant Fabien Engelmann parce qu’il était candidat FN aux élections cantonales. La CGT avait alors évoqué l’imposture sociale du Front National. 

Quatre ans plus tard, le nouveau secrétaire général du parti, Philippe Martinez, issu de la métallurgie, tient un discours un tantinet plus nuancé sur la même question. Dans une interview sur France Inter, il déclare notamment: 

«Le vote FN n’est pas la solution, il y a besoin que les salariés se rassemblent», a affirmé le numéro un de la CGT, interrogé sur France Inter par un militant du syndicat décidé à voter pour le parti de Marine Le Pen. 

En optant pour un tel vote, les militants sont «troublés» et choisissent «des solutions faciles», a estimé le responsable syndical. «Il y a du travail pour tout le monde», a-t-il souligné. «On ne peut pas désigner l’étranger comme l’ennemi, celui qui empêche de travailler ses enfants». 

 

L’inflexion dans le langage mérite d’être notée: le Front National est « une solution de facilité ». Cette affirmation fera long feu. En attendant, on suivra avec intérêt l’évolution de la doctrine CGT sur les militants investis par le Front National. 

FO a déjà ouvert les vannes

Depuis les élections européennes, on connaît la posture particulière de Force Ouvrière vis-à-vis du Front National. Ce sont en effet les militants de FO qui ont le plus voté pour le Front National (un tiers des militants FO aurait voté Front National selon un sondage). Les élections du 4 décembre 2014 dans la fonction publique ont rajouté de la confusion à ce sentiment de porosité, lorsque Marine Le Pen s’est félicitée que le soutien du collectif Racines à FO ait permis à la confédération de progresser au sein de l’Education Nationale. 

Ce petit rappel permet de mieux comprendre l’embarras de Jean-Claude Mailly, évident lors du congrès de FO à Tours début février. Alors que la partielle du Doubs se profilait, il a notamment déclaré: « il n’y aura pas de consigne de vote aux citoyens ». 

Cette neutralité consiste tout de même un sérieux craquement dans le vernis syndical. 

Le FN exhibe ses prises syndicales de guerre

Les élections cantonales permettront une bonne mise à plat du débat. En attendant, Marine Le Pen a jubilé en affirmant que, dans ses investitures, le FN avait recruté: « 8 CGT, 9 CFTC, 5 CFDT, 7 FO ». 

De quoi donner du grain à moudre aux confédérations. 

En attendant, on se rappellera que le débat sur les « valeurs du Front National » fait curieusement écho à un débat des années 70, qui avait beaucoup occupé… le Parti Communiste, et, à son époque, Georges Marchais, accusé de xénophobie. 

Ajouter aux articles favoris

Conformité CCN en santé

Pour vous aider à gérer la conformité CCN de vos offres "santé standard", profitez de notre outil en marque blanche gratuitement en 2023. L'outil vous permettra de savoir, en un clic, le niveau de votre offre compatible avec la CCN que vous aurez sélectionnée. L'outil en marque blanche est relié à la base de données CCN de Tripalio, juridiquement certifiée et mise à jour en temps réel. Il bénéficie de notre algorithme de comparaison qui détecte les non-conformités du contrat santé standard.
Demandez votre outil
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer

3 nouvelles nominations au ministère du travail, de la santé et des solidarités

La constitution des équipes du nouveau gouvernement se poursuit progressivement. Une nouvelle série de nomination vient de paraître au Journal officiel, dont certaines au sein du ministère du travail, de la santé et des solidarités. La ministre Catherine Vautrin nomme ainsi son chef adjoint de cabinet, Tristian Delehonte. Celui-ci a pris ses fonctions le 9...