Reprise économique : l’Unsa s’oppose à une politique d’austérité

Cet article est issu du site du syndicat de salariés Unsa.

Un rapport de la Cour des Comptes proposant des pistes pour rétablir le niveau de soutenabilité des dépenses publiques en France vient de paraître. Si l’UNSA salue certaines préconisations telles que la sortie progressive des dispositifs d’aides aux entreprises, chômage partiel, etc., elle rappelle que la mise en place d’une politique d’austérité serait contreproductive pour la relance de notre pays.

A travers son dernier rapport, la Cour des Comptes estime que l’économie sera durablement affectée par la crise sanitaire, et formule donc 27 propositions visant à concilier soutien à l’activité économique et soutenabilité du niveau de dépenses publiques.

Ainsi, elle se prononce par exemple – tout comme l’UNSA – sur l’idée d’une sortie progressive des dispositifs d’aide aux entreprises et d’aides aux ménages les plus fragilisés ou encore la nécessité de concentrer les efforts d’investissement sur des priorités ciblées et porteuses pour demain (transition écologique, innovation, transformation numérique, etc.).

L’UNSA salue par ailleurs les propositions qui viseraient à mieux maîtriser le niveau de la dette publique en y intégrant les partenaires sociaux (instance, trajectoires pluriannuelles, surveillance, etc.).

S’agissant des préconisations visant à faire baisser le niveau de la dette et des dépenses publiques de la France, l’UNSA s’inquiète de certaines réformes souhaitées par la Cour.

Cette dernière propose en effet, à travers un des scénarii retenus, une restriction stricte des dépenses publiques à partir de 2023.
Or, pour l’UNSA, l’urgence est à la relance économique ! Une réforme des retraites, ou encore une baisse de l’indemnisation des salariés en activité partielle seraient en effet, pour l’heure, contreproductive.

Par ailleurs, avant toute réforme hâtive, l’UNSA rappelle que le poids de la dette COVID – qui pèse actuellement sur notre système de protection sociale – est injuste.

A ce titre, l’UNSA demande toujours que la dette née de la crise COVID et/ou de sa gestion soit portée par l’Etat, et lui seul.

De plus, si l’UNSA ne s’inscrit pas dans le déni de la situation économique de la France, elle estime que la dette publique ne peut se concevoir uniquement comme une charge à court terme. Elle est aussi un investissement à long terme, et pour les générations futures.

Enfin, l’UNSA rappelle que la sortie de crise ne saurait peser sur les seuls travailleurs et ménages les plus précaires.

A ce titre elle estime nécessaire de redéfinir rapidement le niveau de participation au financement des dépenses publiques de « tous », y compris celui des grandes fortunes et des détenteurs des plus hauts patrimoines.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

La rédaction Tripalio prend ses quartiers d’été

Toute la rédaction de Tripalio vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous le lundi 23 août 2021 pour le retour de nos publications. Pour vous aider à patienter et à anticiper une rentrée pleine d'activités, profitez de notre dossier "Santé collective et vie des branches", édition 2021. ...

Passe sanitaire : 2 syndicats s’insurgent

Ces publications proviennent des sites des syndicats de salariés CFE-CGC et CGT. La CFE-CGC dénonce un dérapage du gouvernement et de la majorité : Depuis le début de la pandémie, la CFE-CGC s’est abstenue avec constance de critiquer les décisions gouvernementales en matière...
Lire plus

Passe sanitaire : le projet de loi explosif adopté par les députés

Le projet de loi qui étend le passe sanitaire et qui crée une obligation vaccinale pour les soignants a finalement été adopté par les députés. Le Sénat doit maintenant s'en saisir et, même s'il en modifie le contenu, les mesures votées aux Palais Bourbon devraient se retrouver dans le texte final. ...