Plan de relance : l’Unsa avance ses proposition pour la suite des investissements

Cette publication provient du site du syndicat de salariés Unsa.

Un peu plus d’un an après son annonce, la moitié de l’enveloppe financière du plan de relance a été utilisée. L’UNSA regrette toujours l’absence d’un chapitre “relance par la consommation – pouvoir d’achat” et sera attentive au futur plan d’investissement.

L’UNSA partage plusieurs objectifs du plan de relance comme la relocalisation de certaines activités de production ou le développement de secteurs innovants.

Toutefois, la baisse pérenne de 10 milliards d’euros des impôts de production pour les entreprises sans contreparties, notamment en termes d’emploi ou d’égalité professionnelle, est regrettable.

En outre, le déséquilibre persiste en défaveur des salariés et des ménages. Le volet pouvoir d’achat, en particulier des plus précaires, est aux abonnés absents.
Les mesures d’urgence prises pendant la crise, bien que nécessaires, sont insuffisantes.

À l’heure où les signaux économiques sont davantage favorables et après plus d’un an de crise sanitaire, le plan de relance continue son déploiement. Près de 50 milliards d’euros ont été engagés, le premier versement de l’Union européenne a été reçu et l’enveloppe utilisée devrait atteindre 70 milliards d’euros à la fin de l’année.

Même si des données précises existent sur le nombre d’entreprises ou de ménages ayant bénéficié de certains dispositifs du plan de relance (MaprimeRénov, numérisation des TPE…), il est évidemment encore trop tôt pour mesurer son impact effectif. Le premier rapport du comité chargé de l’évaluation du plan de relance, prévu en octobre, nous permettra d’avoir quelques indications supplémentaires.

Un plan d’investissement pour construire la France de 2030 sera présenté dans les semaines à venir.
L’UNSA fera des propositions et analysera avec attention les orientations de ce plan en continuant de défendre la construction d’une économie plus juste, humaine et durable.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Le GIP “Union Retraite” a de nouvelles missions

Un arrêté pris le 20 septembre 2021 acte les nouvelles missions du groupement d'intérêt public (GIP) "Union Retraite". Ce GIP doit ainsi aider les assurés à obtenir des informations sur l'existence de contrats de retraite supplémentaire. A ce titre, le GIP participe à développer les relations entre les régimes de retraite obligatoires et à développer des projets pour faire intervenir des tiers extérieurs au projet. Retrouvez l'...

2 représentants CPME rejoignent le Haut Conseil du dialogue social

Un arrêté vient d'annoncer l'arrivée de 2 représentants de la CPME au Haut Conseil du dialogue social. Ainsi, Gwendoline Delamare-Deboutteville devient titulaire à la place de Florian Faure. Dans le même temps Eric Chevee devient suppléant à la place de Stéphanie Pauzat. Découvrez l'arrêté de nomination en cliquant ici. ...

2 nouveaux membres rejoignent le Haut Conseil de la santé publique

Un arrêté vient d'acter l'arrivée de 2 nouveaux membres de droit du collège du Haut Conseil de la santé publique. Le premier est Benoît Vallet (directeur général de l'ARS Hauts de France) qui devient titulaire. La seconde est Virginie Cayre (directrice générale de l'ARS Grand Est) qui devient suppléante. Suivez ce lien pour accéder...