L’Etat employeur: champion des risques psycho-sociaux

L’Etat employeur est-il le champion de France du risque psycho-social? En tout cas, l’examen des comportements managériaux de l’Etat rappelle une fois de plus qu’il ne suffit pas de donner des leçons et de pratiquer la diarrhée législative pour assurer le bien-être des salariés… 

L’Etat employeur met les hôpitaux en crise

L’une des manifestations les plus impressionnantes de la faillite managériale de l’Etat est donnée par l’effondrement social des hôpitaux. Alors que l’Etat peine à regrouper ses structures hospitalières, la grogne y est quotidienne! 

Pour les seuls quinze premiers jours d’avril, des grèves ont frappé les hôpitaux de Périgueux, Poissy, Nanterre, Grasse, Villenave-d’Ornon, Calais, Toulouse, Narbonne, Saumur, Marseille, Le Mans, Orléans, Mâcon,… Mais ces mouvements sont légion tout au long de l’année. Tout se passe comme si l’hôpital public ne fonctionnait plus que par la conflictualité. 

Quelques exemples suffiront à illustrer le mal qui touche l’hôpital public. 

A Calais, le dialogue social a manifestement du mal à se nouer: 

« Nous aussi, nous avons des propositions à faire pour optimiser la présence des agents sur l’hôpital mais il n’y a rien à faire, on n’est pas écouté », fulmine Christian Boulanger [secrétaire CGT de l’hôpital]. Qui constate que son analyse sur les passages aux 35 heures au CHC, il y a un peu plus de dix ans, était la bonne. « On demandait quarante postes sur l’hôpital, une quinzaine sur l’Ehpad, on ne les a pas eus et aujourd’hui on nous explique que la réorganisation va permettre d’ajouter ce dont les services ont besoin, c’est-à-dire 70 postes ! Plus que ce que l’on réclamait. » 

 

A Périgueux, les motifs étaient liés à un ras-le-bol général: 

mouvement de grève entamé jeudi dernier au centre hospitalier de Périgueux, pour dénoncer les conditions de travail avec des effectifs “insuffisants de nuit comme de jour”, selon le syndicat. Mais aussi des “arrêts maladie non remplacés”, du “mal-être au travail” ou encore des “modifications incessantes du planning” 

 

L’Etat employeur de Radio France sur la corde raide

Comment ne pas citer ici la catastrophe sociale en cours à Radio France? On laissera ici de côté les considérations sur le président de la chaîne, obscur conseiller technique au cabinet Albanel, devenu en quelques jours directeur de cabinet de Frédéric Mitterrand qui ne tarit d’éloge, semble-t-il, ni sur la compétence ni sur la beauté de Mathieu Gallet. On s’occupera plutôt de quelques considérations sociales comme l’état des précaires dans la chaîne: 

La précarité touche tous les métiers de cette entreprise (animateurs, producteurs, techniciens, chargés d’accueil, entre autres). La situation que nous connaissons la mieux est celle de nos collègues journalistes. L’an passé, Radio France a employé 296 journalistes pigistes et 103 en CDD. Ces derniers font partie du “planning”, une sorte d’agence d’intérim interne. 

Disponibles 24 heures sur 24, appelés à travailler parfois la veille ou le jour même, dans toutes les rédactions de l’entreprise (France Culture, France Info, France Inter, France Musique, FIP, Mouv’ et les 44 radios locales de France Bleu), ils sont soumis à une astreinte qui ne dit pas son nom et qui n’est donc pas rémunérée. 

 

Mais qui donc parlait des horribles capitalistes qui exploitent le précariat? Bravo l’Etat employeur. 

Et je ne reviens pas ici sur la rupture du dialogue social dans l’entreprise… 

L’Etat employeur et la quasi-mutinerie des CRS

Plus inquiétante encore est l’ambiance qui règne parmi les CRS, fers de lance du plan Vigipirate. 

Ces derniers jours, c’est à une véritable mutinerie que le commandement et le gouvernement sont confrontés. Les CRS ont d’ailleurs inventé l’intéressante expression de “débrayage médical” pour qualifier la situation. 

La majorité des effectifs de la compagnie de Jarville-la-Malgrange, près de Nancy, s’est mise en arrêt maladie mardi. 

«Ils devaient partir mercredi matin, mais une fois de plus, à la dernière minute, on les a prévenus qu’ils devaient être à Paris dès le mardi», raconteJérémy Vincent, responsable régional Unité-SGP-Police-FO. C’est sans doute sans doute la goutte d’eau qui a fait déborder le vase à la compagnie 39 de Jarville-la-Malgrange (Meurthe-et-Moselle), en banlieue de Nancy. Ses effectifs sont sollicités, régulièrement depuis janvier, pour renforcer le plan Vigipirate. 

 

Tout est dit. Et qu’on le sache: la sécurité, une fois de plus, est très friable en France. 

Jusqu’à quand l’Etat pourra-t-il s’exonérer d’une véritable gestion des ressources humaines pour les fonctionnaires? 

 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer
Lire plus

Dans la sécurité aéroportuaire, la prime de sûreté est-elle due aux salariés en arrêt de travail ?

Par un jugement rendu à la fin du mois d'octobre 2022, la Cour de cassation tranche un litige survenu entre un salarié et son employeur relevant de la CCN de la prévention et sécurité (IDCC 1351). Le conflit concerne le versement, ou non, de la prime annuelle de sûreté aéroportuaire au salarié alors qu'il est en arrêt de travail. Deux conceptions s'affrontent ici et la réponse donnée par le juge est importante à connaître. ...
Lire plus

Dans la CCN 66, le juge se penche sur l’indemnité de licenciement et la reprise d’ancienneté

La Cour de cassation fait le point sur deux éléments essentiels de la convention collective des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, dite CCN 66 (IDCC 413). Le premier point concerne les modalités de calcul de l'indemnité de licenciement. Le second point porte sur l'impact de la reprise d'ancienneté d'un salarié en cas de...
Lire plus

Représentation femmes-hommes au CSE des Galeries Lafayette : la Cour de cassation donne raison à l’UES

La Cour de cassation vient de renvoyer dos-à-dos un syndicat de salariés et la direction des Galeries Lafayette dans le litige qui les oppose autour de l'élection des représentants des salariés au comité social et économique (CSE). La décision vient de tomber, un an et demi après celle du tribunal judiciaire de Paris qui donnait raison à la position du syndicat de salariés....
Lire plus

Le barème Macron finalement validé par la Cour de cassation avec quelques exceptions

C'est un feuilleton vieux de près de 5 ans qui se clôt avec les deux décisions que vient de rendre la Cour de cassation à propos du barème Macron. Créé par une ordonnance du 22 septembre 2017, l'article L. 1235-3 du code du travail pose les bases de ce barème d'indemnités minimales et maximales de licenciement sans cause réelle est sérieuse en fonction de l'ancienneté du salarié. Cependant, depuis sa création, les...
Lire plus

Forfait jours dans la métallurgie : le salaire peut bien être amputé en fonction des absences du salarié

Les salariés cadres au forfait jours bénéficient généralement d'un salaire minimum basé sur un nombre de 218 jours travaillés dans l'année. Mais que se passe-t-il si le salarié n'a pas travaillé le nombre de jours prévus par son contrat de travail ? Doit-il recevoir le salaire minimum prévu par la convention collective ? L'employeur peut-il réduire son salaire proportionnellement au nombre de jours pendant lesquels il n'a pas travaillé ? C'est à cette question que vient de répondre la Cour de cassation dans le cadre de la convention...