Dans les transports routiers, la négociation salariale 2022 démarre plutôt mal

Employant quelque 800 000 salariés et jouant un rôle central dans le bon fonctionnement de l’économie, les transports routiers et activités auxiliaires du transport comptent parmi les professions stratégiques de la nation.

Il y a quelques jours, les représentants patronaux et salariaux du secteur se sont retrouvés afin d’engager leur négociation salariale pour l’année 2022. Pour les représentants des salariés de la branche, cette séance a été l’occasion de revendiquer une politique salariale ambitieuse. Insistant sur les bons résultats économiques du transport et de la logistique – “+ 28 % de chiffre d’affaires et + 4,5 milliards d’euros de bénéfices” au 1er semestre 2021, ces chiffres étant issus de la presse professionnelle – la CFDT et la CFTC, qui ne sont pas les organisations les plus turbulentes dans les transports routiers, ont réclamé “10 %” d’augmentation des salaires conventionnelles, ainsi qu’une meilleure couverture de protection sociale et une amélioration de la qualité de vie au travail. Du côté de FO, on a par ailleurs demandé la généralisation du 13ème mois dans le secteur.

Confronté à ces exigences salariales, le patronat des transports routiers n’a pourtant pas jugé opportun d’y répondre favorable. D’après la CFDT et la CFTC, il a proposé “une revalorisation comprise entre 3,5 % et 4,5 %”. Cette proposition n’a guère convaincu autour de la table. Les représentants des salariés auraient même prévenu que si la deuxième séance de négociation ne donnait pas lieu à des propositions plus ambitieuses, un mouvement social pourrait tout à fait avoir lieu – les troupes ayant été décrites comme exaspérées par la dégradation tendancielle de leur situation sociale. On suivra attentivement la suite de cette négociation salariale.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Salaires : + 3,3 % dans l’industrie des œufs

Alors que la hausse de l’inflation fait beaucoup parler ces dernières semaines, les représentants patronaux et salariaux des industries et commerces des œufs viennent de se retrouver afin de discuter de l’enjeu des salaires. D'après la FGTA-FO, qui salue le résultat des négociations, elles ont permis d'obtenir une hausse moyenne de 3,36 % des grilles conventionnelles, avec application au 1er...

Nette hausse des salaires dans la boulangerie et pâtisserie industrielles

Alors que la hausse de l'inflation fait beaucoup parler ces dernières semaines, les représentants patronaux et salariaux de la boulangerie et pâtisserie industrielles viennent de se retrouver afin de discuter de l'enjeu des salaires. D'après la FGTA-FO, qui s'en félicite, des augmentations de 2,6 % à 2,92 % ont été négociées. "Cet accord applicable au 1er décembre 2021 prévoit une...
Lire plus

A la Sécurité sociale, grève en vue pour les salaires

Si le thème de la "Grande Sécu" fait beaucoup parler de lui ces derniers jours dans le débat public, au sein des organismes de Sécurité sociale (IDCC 218 et 2793), ce sont pourtant de tout autres enjeux qui retiennent actuellement l'attention des personnels : ceux des salaires et, plus généralement, des conditions sociales. ...