Serge Lavagna (CFE-CGC) : “La CFE-CGC ne souhaite pas que la disparition d’un régime de retraite distinct soit le début de la fin des « cadres ».”

Serge Lavagna, qui négocie l’avenir des régimes de retraite complémentaire au nom de la CFE-CGC, a accepté de répondre à nos questions à ce sujet. 

 

 

1) La négociation retraite complémentaire a débuté cette semaine. La CGC imagine-t-elle signer un texte ?

 

La CFE-CGC est une organisation réformiste qui aborde les négociations avec l’intention de conclure un accord. Bien évidemment il arrive que nous ne signions pas. C’est le cas lorsque le projet est déséquilibré. Concernant les retraites complémentaires, compte tenu de la situation déficitaire des régimes, la CFE-CGC considère qu’il faut agir à la fois sur les ressources et sur les dépenses. Accroître les ressources c’est solliciter les salariés et les entreprises, agir sur les dépenses, c’est toucher les retraités. La CFE-CGC ne sera signataire d’un accord que si les efforts sont équitablement répartis entre tous les concernés. 

2) Que pensez-vous de la fusion de l’AGIRC et de l’ARRCO ?

La fusion Agirc-Arrco ne résoud en elle-même aucun problème. Les deux régimes sont déficitaires, ce n’est pas en additionnant deux déficits que l’on parviendra à l’équilibre. Par ailleurs, l’affiliation à l’Agirc est un marqueur fort du statut de “Cadre”. La CFE-CGC ne souhaite pas que la disparition d’un régime de retraite distinct soit le début de la fin des “cadres”. 

 

3) Que propose la CGC pour améliorer le taux de remplacement de la retraite des cadres ?

La tranche B du salaire cotise moins pour la retraite que la tranche A. Un peu plus de cotisations permettrait d’acquérir davantage de droits. Mais c’est surtout les salaires qu’il convient de revaloriser. N’oublions pas que le problème auquel se trouve confrontée aujourd’hui l’Agirc résulte pour une grande part de la “dérive du plafond de la sécurité sociale”, c’est-à-dire de ce que le salaire des cadres augmente moins vite que le salaire moyen des salariés. 

 

4) Alors que la CGC vient de remporter deux succès coup sur coup en termes de représentativité (dans l’assurance et chez Peugeot), craint-elle pour son avenir dans la négociation retraites complémentaires ?

La CFE-CGC ne craint pas pour son avenir. Les résultats électoraux intervenus depuis deux ans laissent penser que lors de la prochaine mesure d’audience de la représentativité, la CFE-CGC aura progressé ! 

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Vous pourriez aussi aimer

Salaires : dans la miroiterie, troisième accord de l’année

Après les différentes hausses du SMIC intervenues cette année, comme autant de conséquences du niveau relativement élevé de l’inflation, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN de la miroiterie, de la transformation et du négoce du verre ont dû s’emparer, pour la troisième fois cette année, de l’enjeu de la revalorisation de la grille salariale conventionnelle. Alors qu'à...

Dans la CCN 66, une proposition de revalorisation de 2,9 % de la valeur du point

Dans l'importante CCN des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, plus couramment nommée CCN 66, les salaires, qui sont un enjeu sensible depuis plusieurs années maintenant, le sont tout particulièrement ces derniers temps, avec la hausse de l'inflation. Les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN 66 se sont réunis le 9 novembre pour une commission mixte...

Salaires : + 10 à + 20 euros par mois dans la presse spécialisée

Après les différentes hausses du SMIC intervenues cette année, comme autant de conséquences du niveau relativement élevé de l’inflation, les négociateurs patronaux et salariaux de la CCN de la presse spécialisée ont dû finaliser la négociation salariale conventionnelle qu'ils avaient engagé... en début d'année. De fait, dans la presse spécialisée, c'est en février dernier que les...

Salaires : dans les services à la personne, un coup d’éclat syndical perturbe la négociation

Dans la branche des entreprises de services à la personne comme ailleurs - et tout particulièrement dans les secteurs d'activité où les salaires sont relativement bas - l'enjeu des salaires est particulièrement sensible en cette période d'inflation élevée. Depuis la rentrée de septembre, les représentants des employeurs et des salariés de la branche discutent de ce thème afin de s'entendre...