PLFSS 2022 : première réaction syndicale

Cette publication provient du site du syndicat de salariés Unsa.

Pour la 2ème année consécutive, et en raison de la crise sanitaire, la hausse des dépenses de la Sécurité sociale a été plus forte que prévu. Il faut cependant noter que ces dépenses exceptionnelles sont en partie compensées par la reprise économique. Cette tendance prouve que lorsque l’emploi se porte bien, les comptes sociaux aussi.

Mais ce constat ne doit pas occulter le débat sur la prise en charge de la dette Covid par l’Etat ou par la Sécurité sociale.

Pour l’UNSA cela apparait d’autant plus nécessaire à l’heure où la Sécurité sociale affiche un déficit de 35 Md€.

S’agissant des mesures présentes dans le PLFSS, l’UNSA regrette le nouveau report d’une loi ambitieuse pour le grand âge et le maintien de l’autonomie.

Les gouvernements successifs ne cessent de repousser ce problème pourtant voué à prendre toujours plus d’ampleur en raison du vieillissement de la population et de la croissance des maladies chroniques.

Pour l’UNSA, cette situation est d’autant plus grave qu’elle laisse à la charge des assurés sociaux et de leurs familles, un véritable problème de société qu’ils ne peuvent porter seuls.
L’UNSA juge donc que les mesures pour l’autonomie sont insuffisantes.

L’UNSA salue cependant l’instauration d’un tarif de prise en charge « plancher » en cas de recours aux services à domicile (APA).

Cette mesure vient en effet corriger une inégalité flagrante, puisque le niveau de prise en charge qui dépend aujourd’hui du département de résidence est très inégal d’un territoire à l’autre. Elle permet également de favoriser le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie.

Dans cette lignée, l’UNSA salue également la « contemporanéisation » du crédit d’impôt (déduction fiscale immédiate pour les particuliers employeurs), versé en cas de recours aux services à la personne. Il s’agit en effet d’une amélioration qui permettra un meilleur accès financier à ces services, mais également d’un véritable instrument de lutte contre le travail non déclaré.

S’agissant du secteur hospitalier et médico-social, l’UNSA se félicite que des moyens supplémentaires soient mobilisés pour 2022.
L’UNSA rappelle toutefois qu’elle souhaite que les dépenses de santé puissent être abordées de façon pluriannuelle dans les années à venir.

L’UNSA note enfin avec satisfaction que les pensions de retraites ne seront pas sous-indexées, préservant ainsi le pouvoir d’achat des retraités.

Ajouter aux articles favoris
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

April nomme son nouveau directeur général ASP

La direction d'April vient d'annoncer l'arrivée de Philippe Arnaud à la direction générale d'April Santé Prévoyance. M. Arnaud quitte donc son poste de Directeur de la stratégie du groupe April. Il remplace ainsi Catherine Charrier-Leflaive, précédente directrice générale d'ASP. Dans le même temps, Ludovic Cohen, Directeur des marchés, devient Directeur général adjoint d'ASP. Ces évolutions seront appliquées le 1er novembre...

Le sujet “captives d’assurance” évacué du PLF 2022

La députée LREM Valéria Faure-Muntian, à l'origine d'un amendement pour favoriser le développement des captives d'assurance et de réassurance en France, a finalement décidé de retirer son texte. L'amendement était supposé faire revenir les captives en France plutôt que de les voir s'exiler à l'étranger pour trouver un cadre fiscal...
Lire plus

Maif affiche des tarifs en partie gelés pour 2022

Le conseil d'administration de MAIF vient de communiquer sur l'évolution de ses tarifs pour l'année 2022. Les activités concernées sont principalement l'auto et l'habitation, cœur de cible de l'assureur mutualiste. On remarque que la complémentaire santé brille par son absence. ...